Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos: [lu devant l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, dans sa séance du 29 mai 1896] — Angers, 1896

Seite: 41
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1896/0043
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 41 —

à fait de l'avis de M. Flinders Pétrie quand il dit qu'on a voulu
y représenter d'abord l'habitation du double; les monuments
que j'ai découverts seront même une nouvelle preuve à l'ap-
pui de celte théorie, car il y a en bas d'un de ces monuments
qui contient une habitation les deux signes du double royal,
souten ka, ce qui doit se traduire -pur habitation du double royal
de tel ou tel roi.

Les rois dont le nom est gravé dans ces bannières ont leur
titre de Horus; mais ce titre est-il un emblème, un titre réel
et le nom est-il bien celui d'un personnage? Ce n'est pas un
emblème, c'est un titre réel et le nom est peut-être celui d'un
personnage. Je vais le prouver de mon mieux. On a dit que le
titre de Horus ne se trouvait jamais seul : il me semble ce-
pendant qu'il y a des exemples célèbres, même à des époques
beaucoup plus rapprochées de nous,même sous cette XIe dy-
nastie dont il a été si souvent question dans les dernières
pages. « Le premier des princes fondateurs de la XIe dynastie
dont nous sachions le nom, Entef I", n'avait pas droit au
cartouche : il était simplement noble (erpâ), sans plus de titres
queles autreschefs des grandes familles égyptiennes. Son fils,
Montouhotpou I0r, tout en prenant le cartouche, n'est encore
qu'un Hor, souverain partiel, chef des pays du Sud sous la
suzeraineté des rois légitimes. Trois générations après lui,
Entouf IV rompit le dernier lien de vasselage et se lit appeler
le Dieu bon, maître des deux pays1 . » Qui parle aussi?
M. Maspero. Par conséquent, on peut trouver avec le nom de
Horus, le nom véritable porté par le prince, et, de fait, les
quatre premiers rois de la XI0 dynastie, sans compter le fon-
dateur qui avait seulement le titre à'erpâ, ont simplement le
titre de Horus et leur nom inscrit dans le cartouche : ce sont
Mentouhôtep Ier et trois Antef. Mais c'est un cartouche, et je
n'ai pas de cartouche, j'ai seulement des bannières royales
ou des demeures du double. Or, c'est ici que la découverte
de M. Flinders Pétrie, acceptée par M. Maspero *, a son poids

1. Maspero, Histoire ancienne des peuples de l'Orient, 4° édit., p. 91-92.

2. Maspero, Histoire ancienne des peuples de l'Orient classique, t. I, p. 259.
loading ...