Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos: [lu devant l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, dans sa séance du 29 mai 1896] — Angers, 1896

Seite: 42
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1896/0044
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 42 -

et sa valeur : elle fait clairement entendre que le double royal
avait son nom et sa demeure, et rien ne vient prouver ou
même faire supposer qu'à cette époque il faille ou l'on puisse
admettre que le double avait un nom différent de la personne.
Et ici je dois rappeler que, dans le volume X du Recueil que
dirige M. Maspero, Miss Amelia Edwards a publié il y a huit
ans le dessin d'un vase ayant appartenu au pharaon Khoufou
(Chéops). Ce vase est en albâtre et il porte sur la panse un nom
de bannière, puisque bannière il y a, exactement semblable
à ceux que j'ai rencontrés.

C'est donc là un point acquis. Reste la question de savoir si
l'on peut trouver seul le nom de bannière pour employer l'ex-
pression reçue. Il y a un exemple célèbre, celui du pharaon
de la IIIe dynastie, Djeser, le constructeur de la pyramide à
degrés de Saqqarah, dont on a longtemps connu seulement
le nom de bannière ou de double, peint sur les faïences qui
ornaient la porte de sa chambre dans sa pyramide; mais je
n'ai pas besoin de cet exemple pour la thèse que je soutiens,
car les titres que nous traduisons par roi de la Haute-Egypte
et roi de la Basse-Egypte,, Urœus du Nord ou de la Basse-
Egypte, Vautour du Sud ou de la Haute-Egypte, sont couram -
ment employés sur les monuments qui viennent d'être mis au
jour. Seuls les titres de « fils de Râ ou du Soleil, épervier
vainqueur » ne sont pas employés, et cela parce qu'ils ne sont
pas en usage avant la fin de la IIIe dynastie, carie premier qui
soit ainsi appelé est le pharaon Houni, le dernier roi de cette
dynastie. Rien ne s'oppose donc à ce que les rois dont j'ai
trouvé les noms de Horus n'appartiennent à une époque très
reculée : tout au contraire concorde parfaitement ensemble,
les stèles royales et les stèles particulières, les poteries les
plus grossières et les vases de prix, vases ouvragés comme
ceux qui ne le sont pas, car ces vases contiennent ces mêmes
noms de Horus sur lesquels porte la discussion.

Je dois faire observer en outre que, dans les noms dont il
s'agit, certains des signes ne sont pas encore connus, soit
à cause de leur forme très archaïque, beaucoup plus archaï-
loading ...