Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: VI
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0011
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
VI

NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

les éclats de calcaire sont un indice certain, infaillible que, près de
l'endroit où on les trouve en assez grande abondance, cela va sans dire,
existait un tombeau dont ils ont été extraits par les profanateurs et les
iconoclastes égyptiens. Le sol de la nécropole d'Abydos en certains
endroits est couvert de ces indices révélateurs pour qui sait observer.
Evidemment tous ces signes n'indiquent pas des monuments de même
époque, mais le flair de l'archéologue avec ses habitudes scientifiques,
a bientôt fait de déterminer d'une manière approchante l'époque à la-
quelle remontent les tombeaux. Si je ne parle pas ici des briques qui
ont été la matière première en laquelle ont été construits tous les tom-
beaux d'Abydos sans aucune exception jusqu'ici', c'est que les briques
ont été facilement recouvertes par le sable et que pas une seule n'ap-
paraît à la surface du sol dans les parties de la nécropole encore vierges
de tout travail des fouilleurs européens. Il ne m'était donc pas difficile,
armé de ces premiers principes que je dois aux bienveillantes leçons
de M. de Morgan, à mes lectures et à mon expérience qui a grandi de
jour en jour, à mesure que mes travaux prolongeaient mon séjour dans
l'antique Abydos, il ne m'était donc pas difficile, dis-je, de connaître
les endroits respectés par ceux dont les fouilles ont précédé les miennes
dans la nécropole abydénienne, un simple coup d'œil suffisait pour
cela, et de savoir sur quels endroits de la nécropole allaient porter les
travaux que j'avais été appelé à diriger.

Je n'allais pas en effet m'amuser à grappiller, vendanges faites, dans
les parties fouillées par Mariette et ses successeurs pour chercher le
petit bibelot échappé par mégarde à ses hommes ou les stèles qu'il avait
laissées en place, ni même ces îlots de tombes oubliées dans les fouilles
précédentes où je pouvais espérer de trouver des" mobiliers funéraires

(1) Je dis jusqu'ici parce qu'il se pourrait que certains tombeaux aient été creusés dans
la montagne et taillés dans ses flancs, j'ai souvent entendu exprimer l'opinion que ces
tombeaux existaient et que c'étaient peut-être ceux dont parle Ramsès II dans l'inscrip-
tion dédicatoire du temple de Séti Ier, son père; pour ma part, jusqu'à plus ample in-
formé, je ne saurais partager cette opinion : j'ai examiné la montagne, ainsi que je le dirai
plus loin, et nul indice n'est venu signaler ces tombeaux à mes yeux.
loading ...