Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: VIII
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0013
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
VIII

NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

tous les fouilleurs depuis le commencement de ce siècle jusqu'à ces
dernières années ont procédé, malgré les difficultés de toutes sortes
qu'on leur apposait dans le pays; c'est ainsi qu'ont travaillé Belzoni,
Passalacqua, Minutoli, Drovetti, etc. ou leurs chargés d'affaires, même
Rosellini, Ghampollion. Nestor L'hôte, Lepsius et Prisse d'Avennes,
quand leurs travaux ont exigé d'eux qu'ils fissent des fouilles. Les
fellahs égyptiens, cela n'est pas surprenant, après avoir eu ces exemples
sous les yeux n'ont pas fait autrement dès qu'ils ont eu vu le profit qu'ils
pouvaient retirer de la mine précieuse que leur fournissaient les monu-
ments et les tombeaux de l'ancienne Egypte, et, de ce côté, la science
a perdu une énorme quantité de monuments précieux, comme d'ailleurs
du côté des fouilleurs européens dont les premiers n'étaient que des
chasseurs d'antiquités. Quand Mariette parut sur le sol d'Egypte, il se
trouva en présence d'une situation qui existait officiellement depuis
cinquante ans; tout ce qu'il pouvait faire d'abord, c'était d'en rendre
les effets moins mauvais, moins funestes et pernicieux pour ces monu-
ments auxquels le genre humain devrait attacher une importance pré-
dominante, puisque ce sont eux qui nous permettent d'entrevoir les
époques lointaines où les hommes s'essayaient à la civilisation et lut-
taient contre l'inimitié de leurs semblables d'abord, puis de tous les
êtres organisés, contre l'inclémence des climats et les intempéries de
l'air. Il suivit de lui-même la méthode qu'il avait trouvée employée avant
lui, attiré à la fois par les sites les plus éloignés les uns des autres,
fouillant en même temps à Saqqarah, à Meïdoum, à Tanis, à Abydos, à
Denderah, à Thèbes, etc., voyant avec son coup d'œil très sûr qu'il y
avait beaucoup à faire dans tous les lieux où il mettait ses ouvriers,
pressé de faire le plus possible, d'extraire de tous les monuments qu'il
mettait au jour la plus grande somme de renseignements et de docu-
ments afin de permettre à la science égyptologique de faire ces pas de
géant qui, dans les sciences historiques, lui ont été particuliers. 11 a
réussi. En somme il n'avait pas si grand tort puisqu'il a suivi la voie
habituelle à l'homme. Jamais une invention humaine ou même une
œuvre humaine de longue haleine n'a eu des commencements parfaits. 11
loading ...