Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: X
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0015
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
X

NOUVELLES FOl'lLI.ES D'AliYDOS

M. Pétrie qui, lui aussi, d'abord n'était pas égyptologue, M. de Morgan
a su démontrer aux yeux les moins clairvoyants que dans la conduite
des fouilles la science de cabinet n'était point indispensable, que ce qui
était autrement important c'était le côté technique de l'ingénieur, l'ac-
Livilé scientifique générale et point du tout spéciale, et ses merveilleuses
découvertes sont venues étonner le monde parce qu'il a employé dans
ses fouilles la méthode scientifique dans toute sa rigueur. Cette méthode
scientifique est au fond la plus simple, celle à laquelle il semble que
tout le monde eût dû penser d'abord : elle épuise un terrain, un site
avant de l'abandonner, elle est sujette à des insuccès éclatants, lors-
qu'on a commencé des travaux importants sans examen suffisamment
satisfaisant du sol, elle peut même dans le cas contraire faire longtemps
attendre le succès qui légitime son emploi pour le gros public', car celui
(|ui l'emploie sait ce qu'il en doit attendre, quelque longue (pie puisse;
être l'attente. Mais, lorsqu'on l'a rigoureusement employée, on sait ce
<pie le terrain pouvait contenir dans ses entrailles. Pour l'employer, il
faut avoir deux choses, du temps et de l'argent : elle n'est pas prati-
cable aux gens pressés et à ceux dont les ressources sont trop limitées
ou trop précaires. Grâce aux circonstances dans lesquelles je me suis
trouvé placé, j'avais cinq mois de fouilles préliminaires devant moi et
une somme suffisante pour employer cent hommes par jour, somme qui
a été augmentée dès que je l'ai demandé, parce que j'estimais qu'un
plus grand nombre d'hommes était nécessaire pour obtenir de plus
grands résultats ou pour laisser l'œuvre entreprise en tel état que l'on
n'eût pas à craindre des travaux illicites. Je ne pouvais donc pas hésiter
un seul instant sur l'emploi de la méthode que j'avais à suivre : j'ai
laissé de côté la méthode primitive et j'ai employé du mieux que j'ai pu
la méthode proprement scientifique, dès que j'eus une connaissance
suffisante de la nécropole.

L'emploi de la méthode scientifique comporte plusieurs séries d'opé-
rations qu'il me faut expliquer ici, afin de permettre au lecteur déjuger
en toute connaissance de cause si je l'ai appliquée avec toute la rigueur
voulue. Ainsi que je l'ai dit plus haut, le terrain fouillé doit être corn-
loading ...