Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: XX
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0025
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
XX

NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

travail dure plus longtemps, par conséquent ils gagnent plus de cet ar-
gent qui est leur unique dieu, et ils savent fort bien que des îlots entiers
de tombes peuvent échapper aux fouilles en raison de cette conduite, que
les tombes échappées ainsi leur procurent les moyens de faire plus tard
des fouilles illicites, de trouver des objets qu'ils vendront le plus cher
possible aux touristes, s'ils sont habiles, ou dont ils se laisseront dé-
pouiller par le premier marchand venu qui en tirera seul de gros béné-
fices, s'ils sont stupides et ont l'intelligence peu ouverte, ce qui est le
cas le plus fréquent. La preuve qu'ils savent bien ce qu'ils font, c'est
comme je l'ai déjà dit, qu'ils portent dans la téte la carte de tous ces
îlots parsemés dans l'immense nécropole, et que s'ils ont besoin pourune
cause ou pour une autre de trouver des antiquités, ils savent fort bien
où s'adresser ét ne se trompent jamais. Et leur indolence prend le des-
sus au bout d'un certain temps; chose curieuse! ils éprouvent le besoin
de trouver d'autres objets que ceux qu'ils ont déjà trouvés et délaissent
les îlots oubliés, parce que ces îlots ne leur apportent plus d'émotion
nouvelle ni de lucre nouveau.

Cette question occupait déjà Mariette dans son catalogue des monu-
ments d'Abydos, car il dit : « Je sais que le mode d'exploration en usage
est pour quelque chose dans la lenteur des résultats obtenus. Quand on
pourra procéder avec système, partager en zones les lieux à explorer et
ne quitter une zone que pour passer à la suivante qu'après l'avoir épui-
sée à fond; quand on pourra porter au loin les terres ou les sables au
lieu de les amonceler à quelques mètres de la fouille, en un endroit
d'où il faudra peut-être les déplacer encore une fois demain, il est cer-
tain qu'avec l'aide de surveillants instruits, diligents et honnêtes, avec
des ouvriers mieux façonnés aux opérations souvent très délicates des
fouilles, on obtiendra des résultats plus rapides 1 ». Le transport des
matériaux est en effet de capitale importance pour la bonne marche du
travail. Les ouvriers indigènes, comme je l'ai déjà dit, ont l'habitude
invétérée de déposer les déblaiements où les y porte leur fantaisie pri-

1. Mariette, Catalogue général des monuments d'Abydos découverts pendant les fouilles

fa cette ville, p. vu. . .
loading ...