Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: XXIII
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0028
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS ' XXIII

auparavant, bien que ce ne soit plus parles mêmes grains de sable. Des
collines entières ont été formées où elles n'existaient point auparavant
et ont été enlevées des endroits où elles se trouvaient primitivement.
Dans le contour de la nécropole sur laquelle ont porté une grande partie
de mes travaux, l'apparence de ce contour, et partant la topographie, est
complètement changée. Cette méthode nécessaire enlève conséquem-
ment, et j'estime que la chose est assez malheureuse pour moi, toute
possibilité d'examiner les fouilles que j'ai faites et de jug.er, si oui ou
non, elles ont été conduites d'après la vraie méthode scientifique. Il sera
nécessaire, pour celui qui en doutera et voudra s'en rendre compte, de
refaire à nouveau les travaux ou partie des travaux que j'ai dû moi-
même faire exécuter; mais je peux bien lui prédire ici que son doute
sera dissipé en faveur de l'affirmative et qu'il ne sera récompensé de
ses labeurs que par ce résultat mesquin, qu'il ne rencontrera dans
ses fouilles que les rares fragments qui auront échappé à mes ouvriers.
Il n'a pas toujours été facile de faire rejeter les décombres en arrière à
cause de la configuration du terrain : par exemple, la dernière butte que
j'ai attaquée, de forme à peu près circulaire, ne pouvait pas contenir le
nombre des ouvriers dont je disposais pour la faire attaquer de plusieurs
côtés à la fois, par trois, comme je l'ai fait faire; il a fallu préparer deux
de ces côtés, afin d'y pouvoir jeter les décombres sans crainte de laisser
passer inaperçue quelque tombe, même de minime importance. Quand
tout le terrain avoisinanl eut été exploré, ce qui me demanda un long
temps, car l'un des deux côtés contenait à fleur de sol des tombes
anciennes et fort importantes, dont quelques-unes sont les plus
importantes que j'aie trouvées, alors le travail que j'avais fait momen-
tanément interrompre sur le premier côté, recommença des trois
côtés à la fois, le quatrième restant pour la fin, car il contenait le
chemin qui nous amenait à cet endroit. Cependant, une fois je n'ai pu
employer cette façon d'agir : c'était au tombeau d'Aououapta. Ce tom-
beau, qui a presque 100 mètres de long, est formé par un long corridor
en briques qui, lorsque je l'ai fait examiner, était rempli et recouvert de
sable; il était matériellement impossible défaire travailler plus dé trois
loading ...