Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: XXX
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0035
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
XXX NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

à aucune époque. J'en étais là quand M. de Morgan, retournant de la
Haute-Egypte, passa quelques jours à Abydos, et fut lui-même étonné
que mes fouilles n'eussent pas produit davantage. 11 me conseilla, si je
ne voulais pas lâcher mes fouilles d'Ora el-Ga'ab que je m'obstinais à
défendre et sur lesquelles je comptais toujours; il me conseilla, dis-je,
de mener de front deux chantiers, et comme je voulais trouver quelques
objets qui pussent récompenser les sacrifices de mes commettants, je
mis vingt hommes d'abord, puis ensuite quarante à mesure que le
nombre de mes ouvriers augmentait, à la disposition durew des fouilles
qui eut pour mission de chercher des objets artistiques. Le premier
endroit qu'il touilla fut une partie de la nécropole que les indigènes
nomment Ez-zein : elle fait partie de la nécropole nord, au nord-est du
monastère de Moyse. Puis au bout d'un certain temps, il transporta ses
ouvriers dans l'un de ces îlots dont j'ai déjà parlé, situé entre le temple de
Ramsès II et le temple de Séti I". Allant encore plus au sud, il entreprit,
sur mon ordre, de l'aire cesser les fouilles illicites qui se faisaient non
loin du canton connu dans le pays sous le nom de Scheikh Mohammed,
et en effet il réussit, car il n'y a pas eu meilleur moyen pour arrêter ces
tentatives que de ne rien laisser à ceux qui voudraient chercher ce
qu'ils ne rencontreront pas. Sur ces entrefaites, je reçus une lettre
dans laquelle M. de Morgan me demandait de faire exécuter des fouilles
à El-'Amrah, village situé au sud d'Abydos, à environ une lieue et
demie ou deux lieues : j'y transportai une escouade de cinquante hommes
que j'y occupai pendant environ quinze jours. Ce fut là le dernier ternie
de mes opérations à Abydos ou aux environs.

Le lecteur trouvera souvent employée dans ce mémoire l'expression
suivante : mes fouilles ou mes opérations d'Abydos; je vais l'avertir du
sens ([Lie j'attache à cette expression. Je ne renie aucun des travaux que
j'ai dù exécuter pendant mon séjour de quatre mois dans la ville sainte
d'Osiris; mais je dois avouer que j'ai un faible pour les travaux que j'ai
fait exécuter depuis le tombeau d'Aououapta jusqu'à ceux des buttes
d'Om el-Ga'ab où j'ai cessé le travail et pour ceux d'El-'Amrah. Ce sont
eux que je comprends sous l'expression de mes fouilles d'Abydos ou
loading ...