Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: XXXII
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0037
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
XXXII

NOUVELLES FOUILLES D'ABÏDOS

sûrement à des époques connues, puis ceux qui appartiennent à une
époque qui ne me semble pas connue, que cette époque soit pu non
aussi reculée que je la suppose. De cette grande division qui est obvie,
même à l'œil le moins exercé, il me semble résulter que je dois en ce
mémoire établir dans l'ordre des matières à traiter une division paral-
lèle. Par conséquent je traiterai d'abord de celles des époques connues
que les travaux faits cette année dans la nécropole d'Abydos ont atteintes
par quelques monuments, puis je m'efforcerai de rassembler dans une
série de chapitres tous les renseignements que j'ai à donner sur les
objets découverts àOm cl-Ga'ab, appartenant ou non à l'époque reculée
à laquelle je crois qu'ils appartiennent. J'exposerai simplement dans
quelles circonstances ils ont été découverts sans cependant passer com-
plètement sous silence les raisons qui me semblent militer en faveur
de mes convictions; mais ce que je cherche avant tout, c'est fournir aux
savants mes confrères des matériaux nouveaux sur lesquels ils pour-
ront exercer leur habileté scientifique, et cela dans tous les ordres de
sciences auxquels ressortent les objets que j'ai eu le bonheur de trouver.

Pour mettre mes collègues à même de remplir leur mission le mieux
qu'ils pourront, rien n'a été négligé dans la facture de cet ouvrage. L'é-
norme majorité des monuments sont reproduits ici mécaniquement par
la photographie d'abord, par la phototypie ensuite, il m'a semblé que
c'était le seul moyen à employer, car personne ne pourra dire que les
monuments ont été mal reproduits, mal dessinés, que le dessinateur a
interprété le monument comme il lui semblait le voir, mais qu'en réalité,
il l'a mal vu, que par conséquent ses dessins ne signifient absolument
qu'une chose, à savoir qu'il a vu les objets de telle ou telle façon, en
tout cas d'une façon différente de celle dont d'autres hommes les au-
raient vus. Puisque maintenant nous sommes assez heureux pour avoir
à notre service, où et quand nous le voudrons, les agents de la lumière
elle-même, nous serions impardonnables de présenter une figure des
objets obtenue par des moyens qui ne seraient pas absolument justes.
Quand on voit comment les dessinateurs les plus habiles ont travesti
les monuments égyptiens, on reste confondu devant l'impuissance ma-
loading ...