Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 2
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0041
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
2

NOUVELLES FOUILLES D'AIiYDOS

ouest et faisait partie de la nécropole nord fouillée par Mariette, tout
près de la butte connue sous le nom de Kom es-Soultan, c'est-à-dire le
monticule du Sultan, et au nord. 11 y avait là un de ces îlots dont j'ai parlé,
qui avaient été oubliés par les fouilleurs de Mariette, sans doute de pro-
pos délibéré, afin de se réserver quelque site pour des fouilles ulté-
rieures. Cet îlot était formé par une série de petits monticules, dont le
plus haut avait peut-être 3 mètres de hauteur. Ces monticules étaient
nécessairement séparés les uns des autres par de petits vallons : ces
vallons étaient formés par des tombes fouillées ; car dans aucun îlot la
totalité des tombes n'était intacte. Les fouilleurs employés par Mariette
étaient gens trop habiles pour laisser un emplacement encore considé-
rable sans y avoir pratiqué quelques fouilles : le spectacle qu'eût pré-
senté à la vue un tel emplacement eût trahi du premier coup leur but et
leurs méfaits aux yeux vigilants de Mariette. Ils préféraient de beau-
coup ouvrir çà et là quelques tombes, déplacer en quelque sorte l'îlot et
dire ensuite qu'ils n'avaient rien trouvé d'important et qu'ils avaient
passé outre. Ils fouillaient assez mal, s'il faut en croire les nouvelles
qui sont colportées dans Abydos ; car depuis leur travail on a trouvé de
très beaux objets qui ont été vendus au musée de Gizeh ou aux voya-
geurs. Et de fait, s'ils ont mis en avant cette raison qu'on ne trouvait
pas d'objets de valeur dans cet état, ils ne se sont guère trompés, car
je n'y ai rencontré que de menues antiquités, des scarabées, des vases
de terre, des amulettes de terre cuite et un seul objet d'albâtre, un vase
de toilette assez long, mais de diamètre tout petit. Les tombeaux fouillés
pendant la première semaine étaient de plusieurs sortes selon qu'ils
étaient plus ou moins anciens. 11 est facile en effet de comprendre que
les familles d'Abydos qui avaient leur sépulture en cet endroit, ayant
employé le terrain dont elles pouvaient disposer, aient cherché par des
constructions supérieures faites sur un premier étage de tombeaux, à
rapprocher dans la mort ceux qui avaient fait partie d'une même famille
continuée à travers les âges. L'antiquité du premier étage de tombes ne
devait pas être très reculée. Rien n'est venu indiquer l'âge de ces tom-
beaux par quelque renseignement que ce soit : je n'y ai en effet rencon-
loading ...