Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 8
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0047
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
8

NOUVELLES FOULEES D'ABYDOS

à proprement parler de résultats : les objets qu'on y a trouvés ne sont
pas intacts, ils sont généralement coupés par le milieu et ils ne pré-
sentent pas un grand intérêt. Cependant on y a trouvé deux pagnes en
cheveux très bien tressés, des cheveux d'hommes blonds : ils ressemblent
à ceux que dans l'Afrique centrale les petites filles portent encore pour
cacher leur nudité. Ce sont les seuls objets trouvés intacts. Les i'rag-
ments fournis par les fouilles à cet endroit sont très peu nombreux :

1° Une petite slèle d'une facture excellente, très finement sculptée,
entière si l'on considère seulement la matière, fruste si l'on s'attache à
la décoration, car il ne reste plus que la partie supérieure de cette déco-
ration, le sable ayant dévoré toute la partie inférieure ;

2° Un petit fragment de porcelaine émaillée;

3° Un fragment de statue accroupie, en calcaire : la statue a été coupée
par la moitié dans le sens longitudinal. Ce qu'il en reste est couvert de
textes ;

4° Un silex grossier et très mal travaillé, si l'on considère ceux qui
seront découverts plus tard à Om el-Gaab;

5° Un fragment de slèle gravée sans doute sous le .Moyen Empire;
0° Une petite statuette d'Osiris, à laquelle il manque la tête;
7° Un ostracon démotique;

8° Un petit scarabée, le seul que j'aie trouvé au Kom es Soultah ;

9° Une pointe de flèche en bronze;

10° Un petit œil mystique d'Osiris;

11° Un ostracon contenant quelques mots de copte ;

12° Un petit groupe de deux hommes en train de commettre un acte
de sodomie. Ce groupe n'est pas entier.

Ce sont là tous les objets qu'en cinq jours de fouilles j'ai rencontrés
en employant environ cent hommes par jour. Les ouvriers avaient remué
une petite montagne de terre cultivable qui se trouvait là je ne sais
comment: ils pensaient être rendus à la montagne, je le croyais aussi, bien
que je fusse assez novice à cette époque. Pour plus de sûreté, j'ordonnai
de creuser plus avant et l'on arriva certainement ainsi à la montagne.
D'un autre côté, comme on était arrivé au mur d'enceinte, j arrêtai les
loading ...