Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 18
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0057
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
18 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

réputation non seulement dans Abydos, mais dans la Haute Egypte tout
entière, et démolirent neuf des pierres du mur sud de la chambre re-
vêtue de granit. Au moyen de fortes pesées ils détachèrent les pierres
de leur position, puis ils essayèrent d'en briser quelqu'une sans le
pouvoir, ils en écornèrent seulement une ou deux, les renversèrent sur
le pavé de la salle et se retirèrent sans avoir pu les emporter à cause de
leurs poids. L'ordre des scènes gravées sur ce mur était dérangé, mais
il sera facile de le rétablir quand on le voudra, puisque les textes gravés
donnent le livre connu d'abord sous le nom de Livre de l'hémisphère
inférieur, nom fort inexact, mais qui valait encore mieux, je crois, que
celui de Livre de l'Hadès qu'on lui a donné depuis. Et maintenant que
j'en ai dit assez sur l'historique de la découverte et du déblaiement de
ce tombeau, j'arrive à la description.

Ce tombeau n'avait point de porte, ni même quoi que ce soit qui pût
fournir un moyen commode d'entrer. Les ouvriers qui l'ont creusé de-
vaient y descendre comme descendaient ceux que j'employais à le
déblayer. La descente à mesure qu'on creusait se faisait en tombant
dans le trou, ou plutôt en se laissant descendre peu à peu le long du
talus que formaient les gravats amoncelés, jusqu'au second mur et de
là en sautant à l'intérieur du couloir ou de l'espace qui était destiné à
servir de couloir. Un ordre parfait avait dû présider à l'excavation, car
tous les décombres se trouvaient sur le côté sud ; il n'y en avait pas trace
sur le côté nord, le tombeau étant orienté d'est en ouest. Il était situé à
une très petite distance de l'escalier du tombeau de Mesmin : une
dizaine de mètres tout au plus. La montagne, au point initial du cou-
loir, avait été creusée en arc de cercle, puis on avait continué d'est en
ouest d'une manière presque perpendiculaire. L'excavation avait été
faite à deux étages superposés, sans doute pour une autre raison que
de prévenir les éboulements. Le premier mur devait servir d'enceinte,
le second devait être revêtu de briques. La partie creusée en arc de
cercle sur ce point n'était pas creusée en étage : elle était entièrement à
pic. Le second mur excavé était en retrait sur le premier et le plus haut
de 0m,93. Evidemment ce chiffre a souffert quelques variations au cours
loading ...