Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 20
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0059
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
20 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

tue de granit rose, à une hauteur de 2 mètres environ. Des murs il ne
restait plus d'intact que le mur nord qui avait 5m,95 de long. Le mur
ouest était presque entièrement démoli, car il ne restait plus qu'une
seule pierre ayant 0"',44 en sol; les autres, celles qui avaient été maçon-
nées par-dessus, étaient beaucoup plus petites. Le mur du côté nord-
est était à peu près complet : il ne manquait qu'une pierre ou deux; la
partie sud-est était beaucoup plus endommagée et les pierres supérieu-
res avaient été enlevées. Ce mur, en comptant la baie de la porte avait
3m,73, la partie nord-est ayant l"1,32 et la partie sud-est seulement. ln,,29.
Le mur sud n'avait conservé une partie de son revêtement que sur une
longueur de 2m,20; le reste avait été presque complètement rasé, comme
pour le mur ouest.

Le granit employé, je l'ai déjà dit aussi, était à gros grain, renfermant
des paillettes de mica en nombre considérable. 11 avait été taillé du
mieux qu'on l'avait pu, mais non certes comme on avait su le tailler à
la XVIIIe ou à la XIXe dynastie, même à la XXe. En un assez grand
nombre d'endroits les pierres qui étaient de dimensions fort différentes
avaient éclaté et comme on n'avait pas sous la main des matériaux suffi-
samment nombreux, on avait employé, malgré les éclats, tout ce qu'on
avait eu, en ayant soin de boucher les intervalles avec une sorte de ci-
ment. Ce ciment de couleur roussâtre, on l'avait employé d'abord pour
retenir les petits éclats qu'on avait utilisés en les mettant dans le mur
à la place qu'ils avaient occupée ; puis pour remplir les vides encore assez
nombreux qui existaient dans le mur, par suite de la mauvaise taille du
granit ; le ciment devenu extrêmement dur, l'on y avait gravé des ca-
ractères hiéroglyphiques, selon le besoin du texte. La gravure des hié-
roglyphes sur ce granit avait été nécessairement très difficile ; aussi les
artistes égyptiens chargés del'exéculer ne lui avaient-ils donné qu'une
très petite profondeur. Pour mieux faire ressortir les caractères, on les
avait recouverts avec assez de finesse d'une très légère couche de pein-
ture bleue, aussi bien ceux qui avaient été gravés dans le ciment que
ceux qui l'avaient été sur le granit, avec cette différence cependant que
ceux-ci avaient beaucoup mieux retenu la couleur que ceux-là.
loading ...