Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 30
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0069
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
30 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

trouvions en présence d'un tombeau qui n'avait pas été violé depuis
l'antiquité et ils espéraient y trouver des objets intéressants. Ce puits
présentait en effet dans les décombres qui le remplissaient, une ano-
malie assez singulière : il était comblé avec une quantité extraordinaire
de tessons de pots et de pots entiers : de ces derniers, il y en avait
environ deux cents. Tous ces pots étaient en terre grossière et de forme
parfaitement connue, parce qu'elle était très usitée dans l'ancien temps,
et même de nos jours. Il m'a semblé inutile d'en recueillir même un
petit nombre. Ce tombeau ne contenait qu'un très petit nombre d'ob-
jets, entre autres choses un scarabée servant de bague, un œil attaché
à un anneau de bronze très grand, un aulre scarabée en lapis lazuli,
trois pieds de tabouret en bois, un petit ciseau en bronze, une coupe
en bronze également, cl un petit vase en terre vernissée avec des des-
sins assez jolis autour du col. Ce tombeau fournit en plus de petites
plaques d'émail sur verre d'une très jolie couleur et d'un bel effet. Il
était composé de deux chambres, l'une au sud, l'autre au nord. Celle du
nord contenait quantité de cercueils en bois, datant probablement de la
XXVIe dynastie, ou tout au moins d'une époque assez tardive. Les cer-
cueils étaient assez pauvres d'apparence et même en réalité : ils sont
tous tombés en poussière dès qu'ils ont été soumis à l'action de l'air,
ou bien les débris qu'on en a pu recueillir étaient tout à fait informes;

cependant, sur l'un d'eux on a pu dire le nom de l/yù £ i eX)

Pakhar (le Syrien). Une statuette portait encore le nom d'Ouonnofer,
et une femme Tabakkhonsou, le premier sur une statuette de terre
émaillée, le second sur une statuette de porcelaine. Les momies devaient
être couvertes de réseaux de perles, au moins l'une d'elles, car le
tombeau a fourni une quantité considérable de perles en verroterie;
malheureusement les fils qui servaient d'attache ont été rongés par
l'humidité. Les perles étaient rondes ou cylindriques; les couleurs
étaient différentes. 11 y avait des perles bleues, vertes, rouges, roses.
On trouva encore de petits vases en bois et un Bès également en bois.
Parmi les objets qu'on retira de cette tombe étaient des morceaux de
charbon de bois : le fait n'était pas nouveau, je l'avais déjà observé
loading ...