Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 33
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0072
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

33

puils qui avait une profondeur variant entre 4 et 6 mètres, contenaient
des chambres plus ou moins meublées. Ces chambres étaient clans le
plus triste état, non par suite de la spoliation, car la spoliation semble
avoir été moins désastreuse en cette partie de la nécropole qui était
pauvre que dans les autres, mais par suite de l'infiltration des eaux. La
colline d'Ez-Zein se trouve en effet près du passage des eaux qui arri-
vent de la montagne d'un côté, et de l'autre, à l'est, près des terres culti-
vées : d'un coté, l'eau qui descend de la montagne aux jours de pluie,
de l'autre l'inondation du Nil chaque année, qui atteint presque la hau-
teur de la petite colline très peu élevée ont causé les plus grands ra-
vages : la montagne perméable n'a pas conservé les cadavres qui lui ont
été confiés. Les tombeaux ouverts pendant les trois jours qu'ont duré
les recherches ont donné un certain nombre d'objets appartenantà deux
époques fort distinctes : les uns d'époque pleinement historique, les
autres rappelant les fragments que l'on trouvait au même temps à Ont
el-Ga'ab; mais les cadavres n'avaient pas la même position qu'en ce
dernier endroit. Je ne peux donc pas me prononcer sur l'âge des tom-
beaux de cette seconde catégorie; quant à ceux qui avaient un puits, ils
ont donné des objets qui montrent une industrie très développée, no-
tamment des fragments de vases en verre émaillé très beau, des tètes
de canopes, des vases en albâtre finement travaillés, mais d'une matière
tout à fait différente de celle que l'on rencontrait alors à Oui el-Gaab,
de sorte qu'on ne peut établir entre eux aucune comparaison.

Je n'ai plus à parler que d'un seul endroit où l'on ait fait des fouilles
sporadiques, situé entre les deux temples de Séti Ier, au sud-est, et celui
de Ramsès II au nord-est. Un tombeau avait été oublié par les fouilleurs
de Mariette, ou réserve par eux : on me l'indiqua et je le fis ouvrir. Ce
tombeau, comme tous ceux de cette partie de la nécropole centrale se
composait de chambres sans puits : le déblaiement prit deux jours et l'on
y trouva deux petits vases en albâtre et quelques autres menus objets.

En somme toute, ces fouilles préliminaires ou secondaires n'avaient
pas produit grand'chose : de jolis objets en tout petit nombre et quan-
tité d'objets secondaires qui n'avaient pas grande importance en raison
loading ...