Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 62
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0101
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
62 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

im|)oser au public savant : de telles manières d'agir ne sont ni dans mon
caractère, ni dans mes habitudes : je dirai tout uniment ce que je crois
être la vérité, et l'avenir se chargera de démontrer si j'ai eu tort ou rai-
son. Si j'ai tort, je le reconnaîtrai moi-môme le premier tout haut: aucun
faux orgueil ne viendra s'interposer entre la vérité et moi. D'ailleurs
sur un sujet aussi nouveau, aussi difficile, qui ne peut èlre encore em-
brassé dans son entier parce que toute la nécropole d'Om el-Ga'ab n'a
pas été fouillée complètement et qu'il en reste à explorer au moins les
deux tiers, il serait bien improbable que du premier coup je fusse arrivé
à des résultats tels que les fouilles ultérieures ne fissent que confirmer
cette première vue : il est bien plus probable au contraire qu'un certain
nombre d'autres résultats secondaires seront modifiés, mais j'espère
que la thèse générale restera vraie.

L'importance de ce qu'il me reste à faire passer sous les yeux du lec-
teur est donc tellement grande que j'ai cru bon de donner ici une des-
cription aussi détaillée qu'il m'est possible de la faire du site sur lequel
ont été exécutées les fouilles pendant l'hiver de 1895-1896. Le lec-
teur sera ainsi mieux à môme de juger de l'ensemble du travail et de
voir combien ce site sur lequel on n'avait jamais exécuté de grands tra-
vaux était et est encore important.

En se reportant à la carte des fouilles de Mariette augmentée de la
détermination des sites que j'ai fouillés moi-même, le lecteur verra que
presque tous les points sur lesquels j'ai fait porter les travaux dont il me
reste à parler sont situés à l'ouest du tombeau d'Aououapta, dans le
grand 3X6 prolongé de ce tombeau. Si en effet on part du mur d enceinte
ouest de ce tombeau en marchant perpendiculairement ii la montagne,
on traversera presque en son milieu la nécropole d'Om el-Ga'ab. Ce nom
paraîtra bizarre à ceux qui n'auront pas vu les lieux, car il signifie La
mère aux pots. Cette nécropole était en effet remarquable, même de loin,
par une série de buttes couvertes d'innombrables poteries rouges, très
grossières, cassées ou entières, qui lui donnaient une physionomie
toute particulière. 11 y avait des millions et des millions de pots de
toutes les formes, de toutes les grandeurs, de toutes les façons, les uns
loading ...