Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 73
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0112
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 73

tions el d'une manière aussi inattendue, je n'avais qu'un parti à prendre,
faire fouiller la colline de fond en comble jusqu'à la profondeur voulue
pour trouver la montagne. C'est ce que je commandai le lendemain matin
et ce qui fut exécuté à la lettre. On commença par le côté nord, afin de
pouvoir rejeter tous les débris en arrière et l'on continua en allant vers
le sud. Le travail dura deux jours et produisit environ trois cents ou
trois cent cinquante objets, tous dans le genre de ceux qu'on avait
trouvés le premier jour, des objets minuscules ou de gros monuments.
On rencontra un troisième vase, bouché celui-là et intact; il contenait
outre une statuette en bois reposant dans un petit sarcophage égale-
ment en bois qui se disloqua aussitôt qu'il parut à la lumière et que j'eus
soin de lier, une statuette en albâtre, des objets en métal, une briche en
or avec les deux confies et les deux instruments de labourage. D'autres
vases donnèrent d'autres statuettes, une seconde en albâtre et une en
bois qui tomba en poussière sitôt qu'elle fut mise à la lumière : elle
avait non plus la figure couverte d'une feuille d'or, mais toute la partie
antérieure et la feuille d'or portait des hiéroglyphes : malheureusement
aussitôt que la statuette tomba en poussière, la feuille d'or se morcela
d'elle-même et, quand on eut ramassé les fragments, les caractères
avaient disparu pour la plus grande partie. Avec la statue étaient treize
petits scarabées en terre bleue émaillée. On rencontra de môme des
fragments de briche de plus grande taille que les autres; une môme
aurait été complète, s'il n'eût manqué une confie à l'une de ses extré-
mités. Parmi les objets en métal, on trouva le socle d'une statue avec
les deux rectangles pour placer l'attache des pieds : j'espérai en vain
trouver la statue, elle n'y était pas. Parmi les autres gros monuments,
je mentionnerai deux tables d'offrandes sans aucun texte, l'une grande;,
l'autre assez petite et de façon grossière, et une belle stèle en calcaire,
rectangulaire, ayant contenu des hiéroglyphes à sa partie supérieure et
où l'on distinguait encore qu'elle avait été faite en l'honneur d'un grand
prêtre d'Osiris dont le nom avait disparu. Cette stèle qui a été laissée
sur place avait ceci d'intéressant que le champ de la stèle, à l'exception
de la partie supérieure, était occupé par une grande porte à deux van-
loading ...