Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 86
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0125
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
86

NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

sorte qu'il y avait cent cinquante ou cent soixante tombes isolées ou
groupes de tombes.

Que contenaient ces tombeaux ? Rien autre chose que des vases en
poterie grossière et rouge, des vases de prix entiers ou fragmentaires
en pierre dure, pas un seul objet artistique. Voici d'ailleurs, d'après le
relevé de mon journal, les objets qui furent rencontrés pendant les cinq
jours que durèrent les fouilles sur ce plateau.

Le 15 janvier, au début des travaux sur le plateau, on trouve d'abord
les statuettes dont j'ai parlé plus haut et je trouve mentionnée la décou-
verte de vases en ces termes : « Dans la plupart des tombeaux ouverts en
ce jour on n'a rien trouvé; dans les autres on a trouvé des pots placés
dans le sable à lm,15 sous terre. De ces pots les uns ne contenaient que
du sable et des cailloux, d'autres étaient remplis de cendres avec quel-
ques traces de charbon ou de natron, d'autres renfermaient des graines
et du blé (?). Quelques-uns de ces pots étaient en terre cuite rouge très
grossière; d'autres, au contraire;, étaient en terre beaucoup plus habile-
ment pétrie et déjà vernissés. Quelques-uns d'entre eux ont une forme
remarquable à cause de sa rareté. Ces pots étaient disposés sans ordre
apparent aux quatre coins du tombeau. »

Le 16, je note : « Aujourd'hui on a trouvé toute une série de gros
vases en terre, peut-être plus de cinquante ou soixante, de toutes les
formes, et quelques-uns d'entre eux avec des ornements qui les rendent
dignes de la plus grande attention. Ils étaient remplis de terre, de sable,
de cailloux, et certains d'entre eux de feuilles d'arbres, de graines qui
étaient tellement desséchées qu'elles tombaient en poussière dès qu'on
voulait les prendre. J'ai fait rapporter tous ceux qui n'étaient pas cassés,
et même même quelques-uns de fendus, à cause de l'étrangeté et de la
nouveauté de leurs formes. L'événement de la journée a été la trouvaille
de deux petits vases en albâtre avec des attaches d'or. » Puis plus loin
j'ajoute: « J'ai oublié de mentionner hier parmi les objets trouvés une
sorte d'os taillé en forme de main d'une manière très grossière et pri-
mitive, absolument comme les ossements sculptés trouvés dans les ca-
vernes de l'Europe. » Cet os a été remis avec tous les silex que je devais
loading ...