Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 91
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0130
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOUVELLES FOUILLES D'AliYDOS 91

vases comme ceux qu'on trouve dans toutes les nécropoles de l'Ancien
Empire : ce sont ces petits vases trouvés intacts dont les enfants rem-
plissaient le soir leur couffe et qu'ils emportaient chez eux pour les
donner ou en faire commerce. Outre ces vases et les fragments de vases
en albâtre, qui furent rencontrés à l'endroit indiqué plus haut, le tom-
beau contenait certainement des squelettes et des restes semblant avoir
reçu une préparation quelconque, car l'atmosphère de la tombe était
imprégnée d'une forte odeur de résine; mais on n'y retrouva pas le plus
petit ossement. On y rencontra cependant deux fragments de bois : l'un
de ces fragments est arrondi et contient à l'extérieur une série de petits
ornements qui me semblent très curieux pour l'histoire du travail. Il
était paré sur les deux autres cotés. Ce fut aussi dans ce tombeau que
je trouvai pour la première fois deux exemplaires d'un objet qui m'in-
trigua pendant très longtemps. C'étaient deux cônes en terre grisâtre :
sous la base du cône était enchâssée dans la terre une sorte d'assiette
également en terre cuite : la terre du cône était mélangée de touffes de
ce qui paraissait être du poil, du poil de chameau comme assuraient les
indigènes, du poil de chameau, de vache, de chèvre ou de gazelle, comme
je l'imaginais, mais en réalité c'étaient des fibres de palmier, ainsi que
l'analyse microscopique faite par M. Piot-bey l'a démontré d'une ma-
nière irréfutable. La composition de ces touffes, je ne le sentais que
trop, devait avoir une importance extrême pour déterminer l'âge des
tombes que j'avais explorées : si c'était réellement du poil de chameau,
elles ne pouvaient guère remonter au delà de la XXVIe dynastie, parce
que cet animal devait avoir été acclimaté en Egypte pour fournir ainsi
les poils qui étaient entrés dans la composition de ces bouchons en terre,
— car c'étaient des bouchons tout simplement; — si c'était du poil de
chèvre, de gazelle ou de vache, l'emploi de ce poil ne contredisait en
rien la plus haute antiquité : l'analyse microscopique en démontrant que
c'était des fibres de palmier a apporté un témoignage qui n'est point
contre, qui semble au contraire pour l'hypothèse de la plus haute anti-
quité. On avait passé trois jours à déblayer ce tombeau.

Je ne dois pas ici oublier de parler d'un fait qui Semble détruire au
loading ...