Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 96
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0135
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
96 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

semblable — c'était la troisième fois — et que sans doute c'était en cet
endroit qu'on avait fait cuire les innombrables pots que les fouilles met-
taient au jour à chaque instant. Malheureusement la chose était démon-
trée impossible, d'abord parce qu'on n'installe pas une poterie ni des
fours de cuisson en plein désert, à près de trois kilomètres des endroits
habités actuellement, à plus de deux des endroits où les anciens habi-
tants d'Abydos avaient leurs logements; ensuite parce que, pour cuire
leurs poteries, les potiers de cette époque n'auraient pas employé du
bois travaillé aussi parfaitement qu'on le pouvait alors. Par conséquent

Nord.

Sud.

Fig. 8. — Plan du tombeau trouvé sous la troisième butte d'Ora el-Ga'ab.

cette hypothèse n'était pas susceptible un seul moment de résister à un
examen quelque peu sérieux.

Ce tombeau mesurait 9m.20 de longueur du nord au sud, 5 mètres de
largeur de l'est à l'ouest et avait une profondeur de 4ia,15- C'était, on le
voit, une œuvre considérable. Il ne fournit qu'un seul petit monument,
à savoir une tête de félin sculptée sur bois d'ébène, et cette tète devait
faire partie d'un petit récipient de toilette. Malheureusement, après
avoir passé un si long temps dans le sable, elle se fendit en plusieurs
morceaux que j'ai dû faire recoller depuis. Dans ce tombeau encore, je
loading ...