Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 109
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0148
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS # 109

avaient pu être explorés en un ou deux jours, trois jours au plus avec
une trentaine d'hommes; mais les tombeaux de ce plateau, au lieu de
n'exiger que ce court espace de temps, allaient demander des semaines
entières de travail et l'emploi de deux cents hommes au moins sur le
côté ouest, et cent sur chaque côté, pour le sud et le nord. C'était donc
environ quatre cents hommes qu'il fallait occuper, surveiller et diriger :
ce n'était pas petite besogne, et si je devais suivre le même ordre que
j'ai suivi jusqu'ici dans cette seconde partie, le lecteur risquerait de ne
plus pouvoir se retrouver au milieu des trois escouades de travailleurs
que j'employais.

D'ailleurs ici survint une autre difficulté, les tombes n'étaient plus
l angées dans un ordre symétrique presque toujours le même : il semble
que l'ordre dans lequel elles étaient rangées sur ce second plateau
était quelque peu composite. A ce sujet, je dois entrer dans quelques
considérations générales. Je crois que la plupart des égyptologues
admettent maintenant que, pour l'Ancien et le Moyen Empire, les lombes
royales sont accompagnées, dans une certaine proportion plus ou moins
grande, des tombes des grands officiers de leur cour. Ainsi à la
XIIe dynastie, les fouilles de Dahschour viennent de le montrer péremp-
toirement, l'enceinte même de la pyramide comprenait une série de
tombes destinées aux membres de la famille royale et occupées par eux;
puis, en dehors de l'enceinte, étaient groupées plus ou moins intime-
ment les tombes des grands officiers morts sous le règne du prince
avant sa pyramide en cet endroit. Si l'on avait besoin du terrain déjà
occupé précédemment, on ne se gênait guère pour reléguer ailleurs les
premiers occupants. Sous la VIe dynastie il en était encore de même au
inoins pour les grands officiers, car jusqu'ici on ne s'est pas encore
occupé des princes et des princesses de sang royal enterrés dans les
précincts d'une pyramide quelconque : on peut presque à coup sur
juger de 1 âge d'une tombe trouvée dans le voisinage d'une pyramide
quand on connaît l'âge de cette pyramide. De même sur le plateau de
Gizeh, à la IVe dynastie, les tombes des grands officiers étaient rangées
sur ce plateau, ainsi qu'en témoignent les cartouches qu'on y a rencon-
loading ...