Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 110
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0149
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
110 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

très, et peut-être les tombes des princes et princesses de sang royal
y étaient-elles aussi, comme le donnerait à penser la présence de la
pyramide affectée à la sépulture d'Honetsen, fille de Khéops, pyramide
située jadis en face de la grande pyramide élevée par ce pharaon.

Il en était de même sur le plateau dont je parle a Om el-Ga'ab et sous
la grande butte. A côté des grandes tombes dont je vais avoir à parler,
il y avait des séries de petites tombes parallèles mesurant presque
toutes de lm,50 à lm,75 en longueur, de 1 mètre à lm,50 en largeur et de
1 mètre à lra,15 de profondeur. Elles étaient rangées symétriquement
par groupes parallèles de six ou sept, et il y avait ordinairement deux
rangées parallèles, quelquefois trois, et cela aussi bien au nord et à l'est
qu'au sud. Quelques-unes de ces tombes étaient pavées en bois et c'est
même dans l'une d'elles que j'ai pu voir en entier ce pavé, nouveau pour
moi, exactement adapté aux parois de la tombe. Le parallélisme dans
lequel étaient rangées ces tombes nous avait tous frappés, et les ouvriers
quand ils avaient trouvé une série de ces petits tombeaux en concluaienl
d'eux-mêmes qu'ils allaient trouver une grande tombe : et de fait, ils ne
se sont jamais trompés. Est-ce être trop audacieux que de conclure que
le fait signalé plus haut s'était produit aussi dans la nécropole d'Om el-
Ga'ab, quelle que soit l'époque à laquelle remonte cette nécropole. On
pourrait trouver peut-être une preuve qu'il en était ainsi dans cet autre
fait, à savoir que les tombes royales étaient accompagnées de chambres
qui leur étaient adhérentes et qui ne contenaient autre chose que de
grandes jarres remplies de provisions de toutes sortes, où il n'y avait
pas place même pour un seul cadavre : ces chambres étaient entièrement
occupées par de grands vases plantés dans le sable (pie l'on avait agglo-
méré dans le but de les soutenir, et le plus souvent ils étaient si serrés
que leurs panses se touchaient. Le moyen de mettre des cadavres ou un
seul cadavre dans de pareilles chambres ? Je ne le vois pas et je crois
bien qu'il n'y en avait pas. 11 me semble donc bien que ces chambres
situées à proximité d'une grande tombe appartenaient à cette grande
tombe, étaient les magasins destines à contenir les provisions que l'on
croyait nécessaires pour soutenir L'existence, non pas du mort, mais
loading ...