Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 112
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0151
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
112 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

mais auparavant il fallut explorer plusieurs rangées de tombes qui la
précédaient. En déblayant les premières tombes on trouva cinq ou six
cônes en terre avec des fibres de palmier, mais ces cônes, estampillés
au nom des propriétaires, contenaient toute une légende dont une par-
tie se trouvait d'un côté et la seconde à l'opposé de la première; l'un
des intervalles était rempli par des raies dans le sens de la bauteur, de
nombre variable, mais assez profondes. De même on y trouva des vases
avec des inscriptions assez grossières et contenant des signes qui me
sont parfaitement inconnus, pendant que d'autres m'étaient au contraire
très bien connus. On trouva encore une stèle calcaire taillée et arron-
die par le sommet, mais il n'y avait aucun caractère et comme la pierre
était assez bien conservée parce que le calcaire était compact, l'on voyait
clairement que sans le moindre doute il n'y en avait jamais eu. Or ces
stèles sans caractères hiéroglyphiques se trouvait seulement, d'après
ce qu'on sait jusqu'ici, sous l'Ancien Empire égyptien.

Après avoir déblayé les tombeaux dont je viens de parler qui étaient
au nombre de deux, on trouva en avançant vers Test une première sé-
rie de six tombeaux, placés l'un à la suite de l'autre sur une môme ligne.
Ils mesuraient lm,60 de longueur, lm,12 de largeur et avaient 1 mètre
de profondeur : on y trouva un vase d'albâtre, deux stèles et quatre
silex admirablement taillés et d'un poli merveilleux. Evidemment ces
tombeaux ne pouvaient contenir que des hommes de très petite taille,
s'ils étaient couchés tout au long dans la tombe. On trouva plusieurs
squelettes incomplets, notamment un crâne auquel adhéraient encore
des cheveux assez longs. J'ai mesuré l'un des os du fémur : il avait
0m,46 de long : c'était un ossement d'homme fait, il était très gros. Les
cadavres étaient posés de telle manière que tout autour d'eux il y avait
des pots grossièrement faits remplis de terre desséchée, comme aurait
été le limon qu'on aurait déposé dans le fond de ces vases. Les tombes
étaient de construction semblable à celles des premières tombes rencon-
trées sur le plateau séparant la première de la seconde butte : elles
avaient été creusées dans la montagne, puis revêtues de briques recou-
vertes elles-mêmes d'un enduit de terre séchée,mais cette construction
loading ...