Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 115
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0154
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOCYKLLES FOIÎILLES Il'AlSYWlS

115

61.

2,o2 en

longueur,

m

2,io en

largeur,

m

i,kj,

en profondeur.

62.

2,01



2,o5



i-I9



63.

1,65



i,35



1 o5



64.

i,65



i,35



i,65



65.

i,o5



i,35



i,65



66.

i,65



i,35



i,65



67.

2,20



1,70



i,i5



68.

2,l5



i,42



i,i5



69.

2,l5



t,4»



i,i5



70.

2,l5



.,42



i,i5



71.

4,3o



1,3o



2,10



Certains de ces tombeaux renferment des particularités intéressantes.
Le n° 43 n'était pas régulier; du premier coup d'œil on voyait que la
longueur n'était pas la même du cùlé nord que du côté sud; en effet du
côté nord la largeur est seulement de lm,49. Le 11° 61 contient trois pe-
tites niches mesurant la première 0m,54 sur 0m,61; la deuxième 0m,54 sur
0œ,G0; la troisième 0m,53 sur 0m,60 : la hauteur de ces trois niches est de
0m,66. Le n°62 B8tconstruit sur le même plan que le précédent; il a aussi
trois petites niches ou chambres dont la première mesure 0m,55 sur
0m,60, la seconde 0m,52 sur 0ra,58 et la troisième 0,n,54 sur 0m,58. La cons-
truction est irrégulière, tout au moins pour la troisième niche, dont la
largeur au fond est de 0m,52. La hauteur est la même que pour le numéro
précédent, à savoir 0m,66. Ces niches ou chambres étaient formées par
un mur longitudinal parallèle au mur limitant la tombe dans le sens de
la longueur, et par trois petits murs transversaux, intentionnellement
parallèles les uns aux autres, mais non dans la réalité. Le dernier de ces
tombeaux, à savoir le n° 11, avait été incendié d'une manière sauvage. Il
était rempli de pots n'ayant aucune inscription ; ils étaient debout dans
le sable et ils y sont encore restés pour la plupart. Le feu qu'on fit fut
si violent que la plupart de ces pots sont carbonisés et qu'ils se bri-
saient dès qu'on les prenait en main. Cette carbonisation est regret-
table, car les pots étaient remplis de feuilles d'arbres qui avaient au
moins 0"',30 de longueur : elles étaient réduites en cendres et les cen-
dres étaient couleur de plomb argentifère. 11 va san9 dire que les bri-
loading ...