Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 126
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0165
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
126

NOUVELLES FOUILLES D ABYDOS

d'une stèle royale, et non pas d'une stèle particulière où l'on avait gravé
le cartouche d'Amasis : le prénom du roi était en arrière du reposoir
d'Osiris, et il n'y avait pas d'autres caractères que ceux écrivant les
titres du roi. Par conséquent ce monument que je signale de moi-
même comme l'ayant trouvé dans le tombeau ne saurait fournir aucune
preuve contre l'antiquité de la tombe du pharaon Den.

Le second tombeau était situé au sud du plateau où se trouvait la sé-
pulture de Den. On y a trouvé une stèle royale contenant deux signes
qui peuvent se lire Qà : je désignerai donc provisoirement ce tombeau
sous le nom de Qà. Il était orienté du nord au sud, comme il appa-
raîtra d'après ce qui sera dit tout à l'heure. L'existence en était in-
diquée par une légère dépression sablonneuse; le sable qui l'avait rem-
pli s'était lassé et formait comme un petit vallon entre les murs. Il y
avait environ 2 mètres de sable au dessus du mur en briques. La mon-
tagne n'avait pas été creusée en dessus et au delà des murs, de sorte
qu'il n'y avait qu'un seul étage. Ce tombeau du nord au sud mesurait
10ra,lJ0 de long, sur 5m.8G de large et 4 mètres de hauteur environ. On y
rencontra une stèle de granit noir que je n'ai pas pensé à mesurer, et
qui était cassée en plusieurs morceaux : c'est la stèle qui sera donnée plus
loin. C'est le seul objet particulièrement intéressant qui fût découvert
pendant les fouilles qui dégagèrent ce tombeau ; lesaulres objets ressem-
blaient à ceux qui avaient déjà été découverts dans les tombes du pla-
teau. Ce tombeau était entièrement recouvert ou pavé de bois ; mais ici le
pavé avait une marque distinct! ve que je n'ai pas observée ailleurs : d'es-
pace en espace des sortes de piliers en bois sortaient du plancher. A
quoi servaient ces piliers ? étaient-ce même des piliers? c'est ce que je
ne peux savoir; mais ce que je sais fort bien, c'est qu'un pareil plancher,
avec ou sans pilier, représentait une dépense considérable pour l'épo-
que, car il n'y avait pas plus alors qu'aujourd'hui d'arbres en Egypte
et le bois a dû toujours y avoir une valeur très grande. Ce plancher était
en bois de sycomore (?) et les diverses planches nécessaires pour recou •
vrir toute la superficie de ce vaste tombeau étaient attachées les unes
aux autres par des liens de cuivre pur.
loading ...