Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 135
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0174
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 135

et l'un des réis que j'occupais aux fouilles vint me dire que, si je le vou-
lais, il allumerait cette graisse et que je la verrais brûler tout le jour.
L'affirmation me parut si osée que je voulus en l'aire l'épreuve sur-le-
champ, et, en effet, je fis mettre le feu à un pot de même matière et je
pus constater qu'il brûla tout le reste du jour et une partie de la nuit.
Le fait ne paraîtra pas étonnant quand on aura lu l'analyse qu'en a bien
voulu faire M. Friedel, professeur de chimie organique à la Faculté des
sciences en Sorbonne.

Avec ce tombeau étaient achevés les travaux préliminaires à l'attaque
de la grande butte qui, je le rappelle, mesurait 123m,50 de long sur
73 mètres de large et qui variait en hauteur de 7 mètres environ jusqu'à
S ou 9 mètres. Toute sa surface était couverte d'innombrables pots cas-
sés, sauf une sorte d'entonnoir marqué au centre, où le sable était à peu
près pur et oû l'on trouvait de nombreux fragments de granit rose et
d'albâtre. Je lis attaquer cette grande butte de trois côtés à la fois, afin
d'en finir plus vite et cependant je n'ai pu arriver. Les travaux portèrent
à la fois sur le côté ouest, le côté nord et le côté est : je vais traiter sépa-
rément de chacun des côtés afin de mettre quelque ordre dans cette
exposition. Ces trois côtés n'ont pas été également productifs d'anti-
quités ou simplement d'observations intéressant la science; seul le côté
ouest a produit en assez grand nombre les objets d'art, entiers ou frag-
mentaires, datant d'époques fort diverses, ainsi qu'on le verra aisément
par ce que je vais dire : le côté nord a produit aussi quelques objets, et
le côté est un fort petit nombre. J'attribue cette différence à ce fait, que
plus on marchait vers l'ouest, plus on s'approchait des sépultures royales
que j'avais trouvées déjà, cela sans savoir ce que me réserve la suite
des fouilles à faire.

Le côté est a été celui qui a fourni le plus petit nombre de tombeaux,
quoiqu'on ait déblayé de ce côté le même espace ou à peu près quë BUT
les autres versants de la butte : les sépultures étaient relativement rares
de ce côté, quoique la butte eût une hauteur considérable. Cette hau-
teur nous ménageait peu de surprises : elle était entièrement composée

de sable entremêlé à des couches superposées d'innombrables poteries

22
loading ...