Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 138
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0177
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
138

NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

ni mm

30. 1,89 en longueur, i,io en largeur, i,i5 en profondeur;

37. 1,72 — 1,16 — i,i5 —

38. i,fio — 1,40 — i,i5 —

39. 1,60 — i,4o — 1,10 —

40. 1,75 — i,55 — i,i5 —

41. 1,78 — i,o5 — i,i5 —

42. a,3o — 2/01 — i,35 —

Tous ces tombeaux étaient situés au nord de la grande butte sur plu-
sieurs lignes parallèles, rangés deux par deux de profondeur sur un
nombre variable en longueur. Le lecteur remarquera lui-même par la
similitude des dimensions quels sont ceux qui faisaient partie d'un
même groupe. D'ordinaire, ils étaient rangés sur deux de profondeur
et sur une longueur variable de quatre, six ou même de sept tombeaux.
Parfois aussi le dernier de la seconde ligne n'avait pas été creusé, sans
doute parce qu'on n'en avait pas eu besoin. Tous ils étaient sur leurs
quatre faces recouverts d'un revêtement de briques crues de même fac-
ture et de mêmes dimensions. Tous ils consistaient en une chambre
unique. On les faisait évidemment d'après un même type, puisque les
les dimensions étaient presque toujours les mêmes à peu de chose près.
S'il s'en est trouvé quelques-uns de plus grands, ils faisaient en quelque
sorte bande à part et devaient appartenir à de plus grands ou de plus
riches personnages, ce qui est tout un pour l'époque. La particularité
(jue j'ai signalée à propos de deux des tombeaux, à savoir le toit fait au-
dessus des cadavres par des pièces de bois encastrées dans les lits de
briques, ne s'est pas représentée ici plus qu'ailleurs dans les tombeaux
que j'ai ouverts pendant cette campagne de fouilles.

Les objets trouvés dans ces tombeaux sont absolument les mêmes
que ceux qui ont été déjà signalés, sauf les grosses poteries dont il a
été question au cours de ce chapitre. Les pieds de fauteuil ou de tabou-
ret s'y rencontrèrent absolument comme les fragments de vases en
pierre dure ou en calcaire; mais je dois signaler ici la fréquence des
petits bâtonnets amoindris aux deux extrémités et portant encore la trace
de couleurs. C'est aussi dans cette région que se rencontrèrent en plus
loading ...