Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 141
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0180
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOUVELLES FOUILLES U ABVDOS 141

corps humain, comme le l'oie et les viscères. Le lendemain, 10, je ren-
contrai d'abord un cinquième vase que je ne voulus pas desceller afin
de l'emporter intact à Paris: mais, malgré les soins pris, il se descella
pendant le voyage : je vis, en l'examinant, que le contenu était seule-
ment de la cendre à laquelle étaient mélangés des restes de tablettes en
terre recouvertes de feuilles d'or, d'électruni pareil à celui dont il vient
d'être question, et des perles. Ce même jour, on trouva une coiffure
dorée en calcaire, composée de la réunion des deux couronnes blanche
et rouge, parfaitement reconnaissables, recouvertes dans la plus grande
partie d'une feuille d'or. Peu après, on retirait des décombres le corps
d'un épervier n'ayant plus ses pattes, doré sur la poitrine, et cette
particularité montra du premier coup qu'il pouvait exister une relation
entre la coiffure que l'on venait de trouver et le corps de l'oiseau; la
pensée vint aussi que c'était à ce même épervier qu'appartenait le socle
rencontré deux jours auparavant et que j'avais fait transporter à ma
maison; de fait, lorsqu'on appliqua l'oiseau sur le socle, les deux
parties correspondaient exactement. Je crois, pour nia part, que tout le
corps de l'oiseau était doré : l'or avait été déposé sur une couche de
peinture bleue et cette couche avait été recouverte de la feuille d'or : j'ai
retrouvé aussi les traces d'une toile qui aurait été appliquée sur le corps
de L'oiseau, mais je ne puis dire si elle recouvrait la feuille d'or ou si au
contraire c'était la feuille d'or qui recouvrait la toile. Le lendemain, on
trouva encore deux fragments du même oiseau, l'un appartenant à la
coiffure, l'autre à La patte droite qui avait été cassée par la moitié dans
le sens de la longueur. Malgré toutes ces découvertes multiples, l'oi-
seau n'est pas entier et il y manque Là plus grande partie de la tête. Ce
même jour, 11. on rencontra des fragments de vases avec des scènes
tracées à l'encre. Le 13, on rencontra deux ostraca avec Le nom du
pharaon Osorkon de la XXIVe dynastie. Ce furent là les derniers objets
n'appartenant pas évidemment à l'époque des tombeaux qui ont été ren-
contrés dans celte première campagne île fouilles à Oui el-Ga'ab.

Les tombeaux que recouvraient ces décombres et qui ont été ouverts
sont au nombre de vingt-huit. Ln voici les dimensions :
loading ...