Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 144
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0183
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
144

MU VKl.LES KOI ILLES D'AISYDOS

puis la XIIe dynastie jusqu'à la XXVIe. Sans cloute, ces monuments ont
été brisés, détruits autant qu'on le pouvait faire ; mais il n'est pas vrai-
semblable que les dévastateurs des tombes royales d'Abydos aient, pour
le simple plaisir de transporter des matériaux très lourds à un ou deux
kilomètres de distance, transporté par exemple la table d'offrandes
d'Ousortesen Ier trouvée dans la première butte, le naos d'Osiris trouvé
dans la grande butte, l'épervier, la statuette d'Iouiou et les innombrables
vases, dix ou douze millions, qui formaient cette quatrième ou grande
butte. N'est-il pas plus raisonnable de penser que les habitants d'Aby-
dos, à l'époque antique, faisaient ce que font encore leurs modernes suc-
cesseurs, qu'ils se rendaient en pèlerinage en ce lieu célèbre pour eux
et y portaient leurs offrandes, ces vases et ces objets que vont aujour-
d'hui y chercher les indigènes. Et ce raisonnement vaut pour les objets
trouvés dans la couche inférieure des décombres, comme ces lourdes
stèles trouvées dans les tombes du plateau situé à l'ouest de la grande
butte. Quand on a vu quelles peines ont eues mes ouvriers pour transpor-
ter ces lourds objets, je ne dis pas à ma maison, mais seulement dans
la partie de la nécropole qu'ils auraient dû traverser, on ne s'arrête pas
un seul moment à cette hypothèse, que M. Maspero a jetée dans un but
qu'il est facile de comprendre et d'apprécier1. Les hommes, même dans
leurs pires folies, sont toujours guidés par une logique naturelle qui
n'est sans doute pas la bonne, mais qui n'en reste pas moins compré-
hensible. Je n'ai donc pas à m'arrôter plus longtemps à celle hypothèse
que j'ai d'ailleurs réfutée amplement dans ma brochure sur les Nou-
velles fouilles d'Abydos1.

Pour achever le tableau de mes travaux, je dois parler des fouilles (pie
j ai fait faire à El-'Amrah, ce qui fera l'objet du chapitre suivant.

(1) E. Améliueau, Les nouvelles fouilles d'Abydos, p. 30-3:).
loading ...