Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 146
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0185
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
146 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

comme je surveillais celles que je faisais à la nécropole d'Om el-Ga'ab :
El-'Amrah est un petit village situé au sud d'Abydos à plus d'une heure
et demie d'âne, soit deux lieues environ. Pour y aller, je devais sacri-
fier toute une matinée, ou toute une après-midi et ne rester sur les
lieux qu'une heure ou une heure et demie tout au plus. En outre, la
la saison était avancée et quoique les scènes champêtres dont j'étais le
témoin me payassent amplement des fatigues que multipliait la chaleur
intense qui régnait alors, car l'on était en pleine moisson, je ne pouvais
penser à me surmener outre mesure dans la crainte de sacrifier la partie
principale de la mission dont on m'avait chargé. Tout ce que je pouvais
faire, c'était de charger un certain nombre d'ouvriers choisis parmi
ceux qu'on m'avait désignés comme les plus fidèles, de les examiner
moi-même quelques jours à l'avance, de les mettre sous la conduite de
surveillants éprouvés autant qu'on peut éprouver un indigène, de les
conduire à El-'Amrah, et de leur montrer ce que je voulais être fait. C'est
ce que je fis. Pour plus de sûreté, sans jamais avertir au préalable les
ouvriers que j'employais ainsi, je leur fis trois ou quatre visites dans
l'espace de dix jours que durèrent les fouilles. Chaque soir, d'ailleurs,
on me rapportait fidèlement les objets trouvés dans la journée. Je crois
que, vu l'éloignement de la localité fouillée, je ne pouvais guère faire
mieux et, si l'on m'a dérobé des objets trouvés, ce ne doit être qu'en
fort petit nombre '.

Le but principal des fouilles faites à El-'Amrah étant la recherche de
squelettes dans les sépultures aussi anciennes que possible, celle des
objets antiques passait ainsi au second plan ; mais je dois dire de suite
que nombre d'objets furent trouvés dans ces sépultures, lesquels prove
naient de la civilisation à laquelle appartenaient les tombeaux trouvés.
Il étail assez difficile de rencontrer des tombeaux appartenant sûre-
ment à cette période de temps éloignée; mais de ce côté le travail

(1) Au moment où je corrige les épreuves de ce livre (2:t juillet 1898), je dois dire que
si j'avais à accepter une telle mission qui me parait complètement en deliors des assu-
rances que peut exiger la science, je n'accepterais pas.
loading ...