Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 162
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0201
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
162

NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

La seconde statuette en calcaire est celle qui a perdu une partie de la
figure, rongée par le sable. Elle devait être également fort jolie, quand
elle élait intacte. Comme la première, elle était peinte sur la poitrine,
avait une coiffure noire à petites tresses, c'est-à-dire une grosse per-
ruque qui enveloppait sa tète, retombait dans le dos et par-devant les
épaules; ses deux bras étaient croisés sur sa poitrine et de ces deux
mains elle tenait un hoyau ; derrière les épaules étaient les sacs à se-
mences. La partie inférieure de la statuette était ornée de huit lignes
horizontales disposées comme dans la première statuette, et ces huit
lignes font que l'espace resté libre au-dessus des pieds est beaucoup
moins grand que dans la statuette précédente. Elle était au nom du
môme individu que la première. En voici le texte qui montrera que,
m al erré les soins de l'ouvrier, chez lui la connaissance des écritures
n'égalait pas l'aptitude du ciseleur.

? 'MIL? E*î î TV" ««sis J^ÎÂ K

Le lecteur pourra voir par lui-même que la formule ordinaire du cha-
pitre VI du Livre des Morts est suivie d'une autre formule que le gra-
veur ne comprenait peut-être pas, mais où nous retrouvons la mention
des fêtes célébrées en l'honneur du maître d'Abydos, c'est-à-dire
d'Osiris. Je reviendrai d'ailleurs sur cette partie de la formule plus loin

La troisième statuette en calcaire est intacte. Plus petite légèrement
que les deux précédentes, elle donne l'idée d'un homme plus ramassé,
plus trapu, au nez épaté, aux lèvres grosses, à la bouche plus large, aux
loading ...