Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 163
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0202
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOUVELLES FOUILLES D'AilYDOS 163

oreilles grandes, au buste trop haut sur des jambes trop courtes; la
coiffure est la même que celle de la première statuette. Les mains ont la
même position que précédemment, mais elles tiennent des hoyaux dont
celui de gauche a le manche plus recourbé et celui de droite plus court.
La partie inférieure est décorée comme dans les deux statuettes précé-
dentes et contient sept lignes horizontales; mais elle offre cette parti-
cularité que l'espace resté vide dans le dos des deux autres statuettes
est occupé ici par une ligne verticale. Voici le texte qu'elle contient :

—I *~--j>

m

et dans la ligne verticale les titres de l'individu : 1 f f ~™ c= çjy

Q ihé î 9 jj[ " ■ D'où l'on peut conclure

(sic)

®

que le personnage en l'honneur duquel cette statuette s'appelail Taia,
était premier prophète d'Amon, chef de l'atelier de fonderie du maître
de la double terre. Ces titres appellent une observation : le titre de
grand-prêtre d'Amon est assez bizarrement écrit; il semblerait que l'on
dût trouver Amon Hâ; mais il ne s'agit aucunement d'Amon Ra, roi des
dieux, mais d'Amon dans Samhoudet, c'est-à-dire dans la ville ancienne
quia donné le nom au village moderne de Samhoud.

La quatrième statue est la plus petite des quatre et peut-être la moins
soignée. Elle était peinte en rouge, du moins pour la partie supérieure.
La figure était commune, la bouche grande, le nez gros, les oreilles de
moyenne grandeur : le tout donnant l'impression d'un homme île taille
moyenne. Ses bras et ses mains sont dans la position habituelle et les
dernières tiennent les deux hoyaux à manche droit. La statuette est de
loading ...