Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 169
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0208
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 169

deux arêtes longitudinales en conservant une petite bande de calcaire
sur le sommet; les arêtes latérales avaient été respectées à chaque ex-
trémité. Le tout montrait que primitivement on avait eu entre les mains
un cube rectangulaire dont on avait abattu les deux arêtes susdites
entre chacune des extrémités. Sur la bande conservée au milieu du
couvercle, on avait gravé une légende hiéroglyphique peinte ensuite en
bleu. Comme les couleurs avaient été étendues à l'eau, elles sont tom-
bées par suite du frottement, mais il reste encore des fragments qui
montrent que la couleur était ce beau bleu que connaissaient les égyp-
tiens. Voici l'inscription que je rends horizontale, de verticale qu'elle

D'où l'on voit que le personnage en l'honneur duquel on avait dédié
ce monument éminemment votif était un scribe royal, scribe de noferou

d'Isis, nommé......... Qu'étaient-ee que les noferou d'Isis? Je ne

crois pas me tromper beaucoup en disant que ces noferou désignaient
les beaux objets consacrés au culte d'Isis, soit que ce fussent unique-
ment des objets précieux, en métal ou en toiles fines, en bois ou en
pierre, soit qu'il y faille ajouter tous les biens que possédait en propre
la déesse en Abydos ou ailleurs, ce que je ne regarde pas comme aussi
probable. La mention de ce scribe est donc intéressante. Sa fonction
devait consister en la surveillance des objets compris dans ces noferou,
à en tenir le catalogue détaillé et à contrôler leur restitution à l'endroit
voulu an lendemain des grandes fêtes du culte où on les avait employés.

9<> J'ai dit plus haut que le grand épervier avait été trouvé en trois
fois différentes et qu'il était incomplet. S'il eût été complet, il eût formé
une merveille de sculpture telle qu'il n'en existerait aucune dans quelque
musée égyptien que ce soit. Le fier oiseau était placé sur un socle haut
de Om,l/i, large de 0",39 et long de 0m,69. Il était représenté au repos,
les pattes appuyées sur le socle; les ailes étaient repliées sur l'extré-
mité caudale. Le devant de l'oiseau était sculpté de main de maître;
malheureusement, une partie de la jambe droite avait été brisée et n'a
pas été retrouvée. Malgré tout, l'oiseau royal avait la pose fière et puis-
loading ...