Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 171
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0210
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOUVELLES FOUILLES D'AHYDOS \7\

d'abord en avant des pattes de l'oiseau, ensuite sur le devant du socle
et de chaque côté. Les voici dans cet ordre :

1° En avant des pattes et sur le socle. 1 l :=L f ^ ^ ^

Q f|, c'est-à-dire : le Dieu bon. le maître des deux terres, Ràaâkhoprou,
aimé de Horus. Le roi qui est ainsi désigné par son prénom est Améno-
his II de la XVIIIedynastie.
2° Sur la partie inférieure du socle et en avant sont les deux lignes

suivantes^ l—^^Hl^^lZi î & f} \

^ I "î* ^\ > e'est-à-dire : offrande divine de l'épervier faite par le prê-
tre bon d'Osiris. Ahmesou, le féal qui a renouvelé la vie.

Cette inscription nous donne le nom de celui qui le premier a fait
l'offrande de l'épervier, et peut-être de celui qui est l'auteur de celte
œuvre d'art : il se nommait Ahmesou, c'est-à-dire Ahmès comme on écri-
vait d'ordinaire autrefois. Cet Ahmès était un bon prêtre d'Osiris. Les

'"ols l^Ij sont d une explication difficile : le seul sens que je

puisse y voir est le suivant : jusqu'à dans le ventre, c'est-à-dire depuis
qu'il était dans le ventre, c'est-à-dire encore : dès avant sa naissance il
avait été destiné à faire un bon prêtre d'Osiris : c'est l'équivalent de la
parole de Jérémie : Ex utero matris tuas vocavile. Les deux expressions
qui terminent cette petite inscription méritent l'attention : le person-
nage qui a fait cette dédicace est mort ou est censé mort; au lieu de
l'expression ordinaire de mahherou ou juste de voir, il v a ici oualicm
onekh, renouveleur de vie et féal. Ces deux expressions me semblent
désigner le même état que mahherou : on les applique aussi au mort,
parce que, dans les idées égyptiennes, la seconde vie était peut-être la
véritable, ou tout au moins était un changement de vie ; le mot féal si-
gnifie exactement la môme chose, car pour pouvoir *"\\\\'\\u\vx fiai d'Osi-
ris t comme c'est ici le cas, il fallait être rendu sur les sombres bords,
comme disent les poètes.

,T A gauche, sur le socle : f^^V^l^Q^ "~1ff
loading ...