Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 177
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0216
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOUVELLES FOUILLES D'AHYDOS 177

quelles il aurait manqué le pied; mais dès avant mon retour en Europe,
j'avais trouvé, je crois, leur véritable destination. C'étaient des objets
votifs destinés aux morts et à ce qu'ils devaient faire dans l'autre monde,
dans le royaume d'Osiris : ces travaux consistaient surtout à labourer
la terre et à transporter le sable de l'est à l'ouest et de l'ouest à l'est,
ainsi que le disent les statuettes trouvées dans le même endroit. Pour
transporter le sable, on se servait de la briche avec les deux coufTes :
on plaçait la briche sur son épaule, on y suspendait les deux couffes et
l'homme transportait. Les deux houes servaient à bêcher la terre, la
houe entièrement en bois pour les endroits faciles, la houe avec spatule
en métal pour les endroits rocailleux et difficiles, comme l'on fait tou-
jours en Egypte. Les autres objets étaient donc aussi destinés au ser-
vice du mort, puisqu'ils étaient renfermés dans le même vase : les vases
lui servaient chacun pour l'usage auquel les habitudes de la civilisation
L'avaient appliqué, la coupe pour boire, le miroir pour regarder sa
figure et pour achever sa toilette, les couteaux pour couper, etc. On
voit, dès lors, qu'il n'est pas utile de supposer l'existence d'un temple
qui n'existait pas, pour reconnaître l'usage de ces objets. Selon la ri-
chesse de l'oblateur, on les avait confectionnés en métal plus ou moins
précieux.

En plus de ces objets votifs destinés évidemment à l'usage «les morts
enterrés danscette nécropole, j'en ai rencontré d'autres renfermés dans
des vases encore scellés de plâtre ou de chaux, quand ce n'était pas
simplement de la terre, dont il n'est pas aussi facile de déterminer
l'usage. J'en ai d abord trouvé qui ne contenaient que des cendres ou
des feuilles de végétaux. Un autre contenait des cendres noires aux-
quelles étaient mélangés de tout petits fragments de tablettes dorées en
terre. Un autre encore contenait des fragments couverts d'or : ce sont
ces petites feuilles d'or que l'on voit dans la planche Y, dans le vase
de terre crue qui est à gauche de la seconde rangée. Enfin un dernier,
qui par une dérision amère du sort fut trouvé le premier, contenait des
objets d'une réelle valeur scientifique et artistique, comme il n'en existe
dans aucun musée. D'abord deux masques de la figure en plâtre, deux
loading ...