Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 185
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0224
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOtVHU.ES l OI II I-KS I) AltYDOS 185

Je ne peux pas entreprendre de décrire ces pointes de flèches, parce
que je ne sais trop sur quoi faire porter la description : il me suffira de
dire qu'il y en avait de toutes les tailles, d'effilées, de pointues, de
larges, de dentelées, de barbelées, de longues, de courtes. La taille
seule de ces pointes de flèches attestait une habileté déjà remarquable,
un soin minutieux apporté dans les plus petits détails. Tous ceux qui
ont vu celles (pie j'ai apportées à Paris ont été unanimes à reconnaître

3f. 37 •

Kig. 'M <■! ^7. — l'ointes de flèche* en silex (nécropole d'Abydos). Grtndear

naturelle.

Kg. 30 : silex jaune; — %. 3y : silex noir.

qu elles laissaient de bien loin derrière elles tout ce que les musées
préhistoriques contenaient de pointes semblables et principalement les
célèbres pointes de flèches trouvées dans le Danemark. Elles étaient si
bien taillées, si bien polies, si bien découpées, qu'elles durent passer
autrefois aux yeux de celui qui les posséda pour de véritables objets
d'art. Sur les 324 que je trouvai, j'en ai remis la moitié à M. de Morgan;
la seconde moitié fut apportée à Paris et maintenant cinq OU six à peine
ont passé entre les mains de diverses personnes. J'ai appris que cer-
taines autres personnes en avaient acquis quelques autres qui m'ont
été dérobées sur les lieux par les ouvriers à mesure qu'ils les trou-
loading ...