Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 187
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0226
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOUVELLES FOUILLES D AHYDOS 187

possible à l'homme d'arriver à donner tant de fini à des objets si durs.
Quelques-uns d'entre eux étaient .si fins que leur épaisseur ne surpas-
sait pas celle de nos plus fines lames d'acier dans la coutellerie.

Les grands silex, dont quelques-uns étaient larges comme la main
d'un enfant de quatre ou cinq ans, onttous été retrouvés calcinés, brisés
en deux ou trois morceaux, peut-être par l'action du feu ou pour toute
autre cause. Ils étaient relativement très fins. Ce devaient être des
instruments plus grands que ceux de la classe précédente, et sans doute
il devait se rencontrer parmi eux quelqu'un de ces couteaux de sacrifice

Fig. Vi et 44. — Hacloirs-scies en silex jaune (nécropole d'Abydos). 1/2 grandeur

naturelle.

qu'on voit entre les mains des bouchers dans les sacrifices aux ancêtres,
dèB l'Ancien Empire. Comme je les trouvai quelques jours seulement
avant l'arrêt des fouilles, que mes journées étaient toutes prises pour
l'emballage des objets trouvés, je n'ai pas eu le loisir de m'en occuper
beaucoup, et je les remis à M. de Morgan trois jours après mon arrivée
au Caire. Je me rappelle cependant qu'il y en avait plusieurs qui étaient
recourbés à leur extrémité.

Je trouvai aussi deux fragments de bracelets en silex, d'une finesse
extrême, taillés à facette, si cette expression pouvait être de mise ici. Je
lis faire des recherches pour trouver les parties absentes : elles demeu-
rèrent inutiles. J'ai apporté ces deux fragments à Paris. J'en ai trouvé
aussi un entier, j'en reparlerai plus loin à propos des objets trouvés à
El-'Afflràh : je l'ai remis aussi à M. de Morgan. A ce propos, qu'on me
permette de rappeler ici une phrase que M. Maspero prononça à la
loading ...