Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 201
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0241
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 201

de Fart humain et jusqu'ici sont des documents uniques1. Ils sont la
preuve qu'à l'époque où on les fit, les hommes étaient déjà en possession
d'une industrie artistique très avancée et très attentive à ce qu'elle fai-
sait. Les hommes dès cette époque, quelle qu'elle soit, avaient de l'idéal
et cherchaient à faire de mieux en mieux. Il est souverainement regret-
table sans doute que je n'aie pas trouvé ces vases entiers; mais il est
déjà fort étonnant que j'en aie trouvé les fragments et que ces fragments
soient une preuve de l'art avancé de ceux qui les ont fabriqués.

Les vases entiers sont ou hauts comme nos pots de confiture, ou
larges comme les calottes dans lesquelles on met aussi les confitures.
Généralement, toutes les formes qu'ils affectent sont encore conservées
chez nous. Tous ont un rebord très prononcé et la plupart, sans ce re-
bord, un cordon strié depetites entailles qui se retrouve dans presquetous
les vases de cette même époque et qui m'en semblent La caractéristique.
Presque tous ils sont en albâtre ou en onyx et l'un d'eux a 0",39 de hau-
teur. Ce vase présente aussi une inscription de deux caractères, le
signe t I e* un autre signe encore très visibles sur la reproduction pho-
totypique, au numéro 1 de la rangée inférieure de la planche XXII. Quel-
ques-uns de ces vases ont une forme arrondie par le milieu, comme si
l'artiste chargé de le faire avait voulu décrire un arc de large rayon : l'un
de ces vases, le numéro 5 de la rangée supérieure de la même planche,
offre une grande pureté de lignes et on ne peut faire autrement que l'ad-
mirer. Le numéro 4 de la même rangée est aussi digne d'attention : il a
un rebord, mais non un cordon; il est légèrement plus gros à son extré-
mité supérieure qu'à son extrémité inférieure, allant en déclinant dou-
cement. A peu de distance du bord sont percées deux oreilles qui de-
vaient permettre de le porter suspendu à une attache quelconque.

Pour les petits vases qui ont des formes approchantes, les planches

(1) Depuis que j'ai quille Abvdos,M.de Morgan a fait exécuter des fouilles à Halahiscli,
au cours desquelles il a été découvert une quantité assez grande d« vases en pierre dure,
cent cinquante environ, ce, qui est relativement énorme. M. de Morgan, en nie donnant
ces détails, ne m'a pas dit si ces vases étaient ou non ouvragés. Qu'ils le soient ou qu'ils
ne le soient pas, il n'en reste pas moins acquis que les vases d'Om el-Ga'ab sont les
premiers en date.
loading ...