Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 210
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0250
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
210 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

Peut-être le dernier pourrait-il représenter une sorte de lampe, si la
lampe était connue. Quant à la décoration, je ne fais que mentionner
le numéro 7 de la troisième rangée et le numéro 1 de la rangée supé-
rieure qui reproduisent des coquilles; le numéro 8 de la troisième
rangée dont toute la décoration consistait en une triple ligne ; les nu-
méros 5 de la quatrième rangée, 3, 4, 7 et 9 de la rangée supérieure
qui rentrent dans le système des lignes qui se coupent ou verticales.
Le numéro 1 de la troisième rangée orné d'un triple cordon au-dessous
du col et le numéro 3 qui est creusé comme les vases ornés de stries ou
coquilles ont déjà été signalés comme système de décoration. Les mor-
ceaux vraiment nouveaux de cette planche sont les numéros 5 et 9 de la
troisième rangée, les numéros 7 et 8 de la quatrième rangée; les nu-
méros 1, 2, ô et 8 de la cinquième rangée et les numéros 4, 5 et 9 de la
rangée supérieure. Le numéro 5 de la troisième rangée est orné d'après
le même système que le numéro 2 de la cinquième rangée, à savoir de
deux lignes parallèles en haut du vase et de deux en bas : ces deux
dernières s'arrêtent à une sorte d'arête qui partageait le vase en deux
parties et qui est à peine accusée, puis recommencent un peu au-dessus
par une anomalie singulière. Le numéro 9 de la troisième rangée est
un des fragments les plus curieux que j'ai trouvés : il est formé de deux
parties dont la supérieure, plus large au sommet, va en s'inclinant et en
rentrant jusqu'au moment où elle atteint la partie inférieure, alors elle
s'élargit soudain en s'évasant, pour recommencera s'incliner et à rentrer.
La décoration consiste en de grandes verticales qui courent le long de
chaque partie, très irrégulièrement tracées; mais malgré cette irrégu-
larité l'aspect du fragment est très harmonieux et, quand on place le
fragment dans la position que le vase devait avoir, on est surpris de sa
grâce. Le numéro 7 de la quatrième rangée est orné de grandes lignes
se repliant sur elles-mêmes, comme un serpent, de telle sorte que la
partie inférieure de l'une s'appuie sur la partie supérieure de 1 autre et
réciproquement. La partie intérieure du fragment est orné de semblable
manière; ce qui montre, je crois, que le vase était plat. Le numéro 8me
semble de la même décoration que le numéro 5 de la cinquième rangée :
loading ...