Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 220
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0260
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
220 NOUVELLES FOtJILLES B'ABYDOS

Je trouvai ensuite les autres objets dans les tomb es royales ou auprès
d'elles : ce furent d'abord des bracelets d'ivoire, dont l'un était entier
et l'autre fragmentaire : tous les deux indiquent une grande habileté
dans l'art de polir l'ivoire; ce furent ensuite deux autres morceaux avec
des rainures qui faisaient ressortir la partie saillante : un seul est re-
présenté à la rangée supérieure de la planche XXXf. Ce fut encore un
petit vase sous lequel étaient gravés deux signes donl le premier se lit
Khenti et le second je ne sais comment, car ou il esl nouveau,

ou il a une forme archaïque très prononcée. Ce vase est reproduit à
gauche de la troisième rangée de la planche XXXI.

Je trouvai un jour dans une tombe située à l'ouest de la quatrième
butte, immédiatement au-dessous de la rampe occidentale, un lion en
ivoire qui me semble un morceau capital : c'est le numéro3 delà rangée
inférieure de cette planche XXXI. Dès qu'il fut à l'air il se fendit longi-
tndinalement et irrégulièrement et les parties creusées attestent encore,
par les grains de sable qu'il est facile de reconnaître sur la photogra-
phie, que je n'y touchai pas et qu'il est encore tel que je le découvris.

Ce fut aussi sous la quatrième butte que je rencontrai les pieds de
fauteuil que j'ai reproduits dans la planche XXXII. Ils étaient primiti-
vement au nombre de huit, quatre grands et quatre petits, les grands
seuls sont reproduits : ils ont été trouvés séparément, les uns loin des
autres, à des lieux et en des jours différents. La plus simple inspec-
tion montrait qu'ils ne sont pas semblables et par conséquent qu'ils
appartenaient à des meubles différents. L'un deux se réduisit eu
poussière dis qu'il fut à l'air; un second tomba en miettes au moment
même OÙ on le photographiait. Quoique dissemblables de proportions,
les huit pieds de fauteuil ou de tabouret étaient faits sur le même
modèle : tous ils représentent un pied d'animal. Ceux qui étaient les
plus grands étaient beaucoup plus soignés, plus travaillés que les
petits. Peut-être dans les plus grands y a-t-il deu x pieds de derrière
et deux pieds de devant du tabouret. Je n'ai pas besoin de m'étendre
sur L'habileté qu'atteste la sculpture de ces pieds : elle est si grande
loading ...