Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 228
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0268
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
228 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

précis il devait faire son entaille. Un second morceau ayant cette môme
croix de Malte à l'une de ses extrémités a 0m,0535 de long, 0m,008 de large
et O^.OOIS d'épaisseur.

Un quatrième fragment fruste de 0m,08 a reçu une décoration particu-
lière : on a creusé une rainure au milieu de la largeur, puis quatre
autres rainures assez irrégulièrement faites qui vont couper la première
transversalement. Puis on a arrondi à chaque extrémité des rainures
transversales l'extrémité des lignes qui bordent le fragment, de sorte
que l'on a l'apparence grossière de deux lignes courbes à diamètre très
long qui courent le long du morceau. Malgré l'irrégularité de l'exécu-
tion, l'effet est loin d'être disgracieux. Le morceau a 0m,0045 de largeur
et 0m,009 d'épaisseur.

Un autre fragment fruste long de 0m,04(3 avail été évidé dans le mi-
lieu de manière à laisser dans le champ des lignes brisées trois à trois
et parallèles à d'autres lignes faites de la même manière. 11 y a douze
lignes brisées en forme de Z irrégulier.

Enfin deux autres fragments, faisant sans doute partie du môme mor-
ceau nous offrent une décoration composée de cinq entailles verticales
suivies de deux lignes qui se coupent en forme de croix de saint
André. Un autre fragment est aussi décoré de la même manière, mais
avec plus de régularité : ce fragment a en plus un trou percé à son extré-
mité précisément à l'endroit où les deux lignes se coupent. La partie
postérieure n'a pas été polie, et ce morceau a dû être scié transversale-
ment, car on voit encore les progrès de la scie qui, du côté fruste, a
trop mordu et a creusé comme le creux d'une ripe.

Puis viennent des fragments dont la décoration se compose de lignes
qui se coupent de manière à renfermer des losanges et à laisser sur les
côtés des triangles. Ces lignes sont précédées de cinq rainures verti-
cales. D'autres fois les lignes qui se coupent sont deux lignes paral-
lèles qui se coupent quatre à quatre, formant ainsi un tout petit losange
à l'endroit où elles se coupent et des triangles sur les côtés. Ces lignes
sont précédés de six rainures et les fragments sont percés de deux
trous. Ils devaient appartenir à de petits meubles dont l'usage est trahi
loading ...