Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 234
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0274
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
234 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

monument est jusqu'ici unique au monde et parle déjà d'une civilisation
très avancée. On voit par conséquent que j'aurais pu parler ici des ob-
jets en verre que j'ai trouvés, mais, comme je ne peux dire quels sont
ceux qui ont été trouvés à Om el-Ga'ab et quels sont ceux que l'on- a
rencontrés à El-'Amrah, car les uns et les autres ont été mélangés, au
moment oit ils ont été déballés à Paris, je préfère en traiter avec ceux
d'El-'Amrah.

Par contre, je peux parfaitement mentionner ici les perles ou pierres
précieuses que j'ai trouvées à Om el-Ga'ab. Ces perles sont peu nom-
breuses : elles sont en cornaline, en améthyste, en cristal de roche et
quelques-unes en émeraude. J'avais été fort surpris pendant longtemps
de ne pas rencontrer quelques-uns de ces objets qui sont de tous les
plus communs à la période correspondante des autres civilisations : je
fus donc très content lorsqu'au fond d'un tombeau situé à l'ouest de la
quatrième butte on découvrit une perleencornaline, taillée en une sorte
de cylindre plus gros en son milieu qu'à ses extrémités qui avaient été
taillées en biseau. Dans un autre tombeau trouvé sous la troisième
butte, on rencontra de grosses perles taillées en forme de losange,
amincies sur les bouts à chaque extrémité et sur chaque face : ces perles,
dont il m'est revenu qu'on en avait trouvé de semblables dans les sé-
pultures des chefs Gaulois, sont en cornaline, rouge ou mélangée de
rouge, en cristal de roche. D'autres perles également en cornaline plus
ou moins pure et brillante étaient complètement cylindriques, percées
en leur milieu d'un trou pour forer lequel on avait dû employer un ins-
trument forant qui ne nous est pas connu et d'un très petit diamètre. Il
y avait aussi dans la collection que j'avais réunie des perles rondes en
améthyste : elles ont été distraites de la collection et données.

Une grenouille en une sorte de pierre qu'on m'a dite être la diorile
fut rencontrée dans un des tombeaux situés à l'ouest de la grande col-
line. La tête et le dos sont absents, car on les a brisés; malgré tout,
L'amphibie est bien campé et la pierre si dure a été très bien polie. La
reproduction s'en trouve à la planche XLII.

Je ne dois pas oublier ici les deux grands morceaux de bois qui ont
loading ...