Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 251
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0291
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 251

sait dos œuvres d'art dont la stèle célèbre d'Ouna est un échantillon;
comment sous la VIIe et la VIIIe y aurait-il eu assez de décadence dans
la gravure pour faire les stèles que mes fouilles ont mises au jour, com-
ment eût-on négligé de mettre les titres du défunt, de raconter ses ex-
ploits et ses (onctions, même de faire figurer quelque membre de la fa-
mille, et cela non pas sur deux ou trois stèles, mais sur les quarante-
cinq déjà découvertes qui se ressemblent toutes, qui ont un air primitif
et archaïque indéniable? Comment se serait-on écarté de ces coutumes
entrées dans le cœur des Egyptiens, qui y survécurent jusqu'à ce que
l'Egypte eût disparu et qui, si l'on cherchait bien, survivent sans doute
encore? Il ne s'agit plus ici de faire des phrases arrondies, des hypo-
thèses plus ou moins ingénieuses et de vouloir échapper à des faits et
aux conclusions qui en ressortent, il faut, bon gré mal gré, prendre le
tout des découvertes mises au jour et les expliquer loyalement, sans
préjugé, sans jalousie et sans rancune. Il faut répondre; comment sor-
tira-t-on de là. même avec toute l'habileté et tout l'arsenal de fausses
raisons que l'on a à son service?

Nous devons donc écarter la VIIIe et la VIIe dynastie, pareillement
la VIe, la Ve, la IVe et la IIIe, d'origine memphite, ayant leurs nécro-
poles en tout ou en partie connues, riches, splendides, majestueuses,
auxquelles ne peuvent se comparerles pauvres tombes d'Om el-Ga'ab
creusées dans la molasse et revêtues de briques grossières. Restent la
I'e et la IIe dynastie. Ici la question change du tout au tout. La première
et la seconde dynastie étaient d'origine thinite; or la ville de This ou
Thinis, si elle n'était pas la même qu'Abydos, comme on l'a cru long-
temps,en était assez rapprochée pour queleshabitants n'eussent qu'une
nécropole commune avec ceux d'Abydos, qu'ils fussent revêtus de di-
gnités sacerdotales s'exerçant à la fois à This cl à Abydos, comme ce
Mcsmîn dont j'ai découvert la tombe et qui vivait sous le règne de
lînmsès II. De plus, toutes les o'iivres d'art découvertes, l'archaïsme de
cet art se comprennent facilement à l'aurore de la monarchie égyp-
tienne. Aussi de très bons esprit ont-ils cru que j'avais découvert la
sépulture des deux premières dynasties. Cela se peut, mais je dois dire
loading ...