Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 270
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0310
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
2~0 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

liaient des poteries grossières, d'autres plus habilement faites, d'autres
enlin attestant un art déjà grand; enfin des vases en cristal de
roche taillés avec la plus grande sûreté. Les tombes ne contenaient pas
seulement des vases en terre ou en pierre, mais aussi des objets en
métal, en cuivre, en or, en électrum, c'est-à-dire une composition
d'or et d'argent alliés, mais où les proportions de l'alliage étaient
renversées, puisque l'argent dominait. Elles contenaient encore des
silex taillés avec un art vraiment admirable, des morceaux de bois déjà
ouvragés, et entre autres un fragment de coffret en bois d'ébène ouvragé,
décoré, marqueté en petits triangles de bois et en petits triangles de
verre émaillé. On trouva également des perles en pierres nommées tou-
jours précieuses, des verroteries qui accusent une assez grande habi-
leté dans la fabrication du verre. Tous ces objets témoignent d'une ci-
vilisation déjà avancée.

Les gens en ce tempsdà connaissaient la culture de certaines cé-
réales: les fouilles donnèrent en effet des noyaux de dattes, des fruits
du napèka. en même temps que des grains de blé ou de seigle, vrai-
semblablement de seigle plutôt que de blé. Peut-être se nourrissait-on
en ce temps-là de feuilles d'arbre, dont on a depuis abandonné l'usage.
On connaissait l'encens, l'art de se mettre du kohol pour agrandir les
yeux était pratiqué. L'usage de la viande n'était pas inconnu, puisque
j'ai trouvé des ossements de bœuf et des cornes de gazelles ou d'anti-
lope dans certaines tombes : tons objets qui témoignent des usages
de la civilisation de cette époque.

Les hommes étaient gouvernés par des rois qui avaient déjà réuni les
deux parties de l'Egypte, qui s'intitulaient Roi du Nord et du Midi,
Vautour du Midi et Ur;eus du Nord, etc. ; mais qui ne connaissaient pas
encore les titres venus depuis de Fils du soleil el A Epcrvier iVor. Les
seize bannières royales, pour employer une expression connue, ou,
pour mieux dire, les seize noms de doubles royaux rencontrés sur les
vases, les fragments de vases et les stèles trouvées dans les tombes
royales où l'on en voyait encore la place primitive sont la pour délier
toute objection sérieuse. Ces personnages ont bien existé, puisqu'on a
loading ...