Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 278
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0318
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
278 nouvelles fouilles d'abydos

» Si Ton rapproche ces nombres des points de fusion qui, pour un
produit ayant sensiblement la composition de l'acide azélaïque, sont su-
périeurs à ceux de cet acide et de l'acide pimélique, on voit que l'on
avait en main un mélange d'acides de cette série qui sont précisément
ceux qui se forment dans L'oxydation des acides gras par l'acide azo-
tique.

» L'oxydation lente à l'air a donc produit un effet analogue à cette
oxydation violente, en même temps qu'elle faisait disparaître une forte
partie de la glycérine. L'acide gras étant formé d'acide palmilique sen-
siblement pur, il est probable que la matière grasse elle-même était de
l'huile de palme, matière que l'on sait d'ailleurs bien se saponifier
spontanément à la longue, ou une autre matière grasse analogue.

» La graisse, comme nous l avons dit plus haut, se trouve entourée
d'une couche d'une matière noire qui s'en sépare assez facilement. Cette
matière est d'un aspect résineux. Elle est insoluble ou très peu sobible
dans l'alcool, l'éther, le benzène. Elle est, par contre, soluble presque
en entier dans la potasse et précipitable de la solution par un acide.
L'acide précipité, brun clair et soluble dans l'alcool au moment de la
précipitation, redevient vitreux et noir par la dessiccation. La matière
primitive a laissé à la calcination 5 pour 100 de cendres, formées princi-
palement de carbonate de calcium avec un peu d'alumine. C'est évidem-
ment le produit de la transformation d'une couche de résine dont le
vase destiné à contenir la graisse avait été revêtu pour empêcher la
graisse de suinter à travers ses parois poreuses.

» Un deuxième échantillon de matière grasse était encore contenu
dans un vase de terre. Il était plus solide, plus clair et plus grenu que
le premier.

» On l'a fait bouillir avec l'eau ; il s'est séparé une quantité notable
de sable.

» La graisse solidifiée a été reprise par l'alcool, qui la dissout en lais-
sant encore un peu de sable. Après fillration a chaud, la liqueur alcoo-
lique laisse déposer de petites lamelles très fines.

» On a pris 0sr,3154 de cette matière cristalline, après l'avoir fondue.
loading ...