Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 286
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0326
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
286 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

publication, lui engageant ma parole de lui dire franchement si j'avais
fait, oui ou non, la découverte susdite, lui oll'rant même de lui commu-
niquer la partie de mon manuscrit roulant sur la question de la lecture
d'un nom de roi. M. Erman ne crut pas devoir accepter cette proposition
tout d'abord; nous échangeâmes plusieurs lettres et dans une de ces
lettres je soutenais, comme je L'ai toujours fait, que les noms de rois
remontaient avant la Jre dynastie; M. Erman me répondit que sa lec-
ture ne se rapportait pas à de semblables noms, que par conséquent
je n'avais pas fait l'observation dont il me parlait et il m'envoya le ma-
nuscrit en me disant que c'était à M. Sethe que revenait le mérite de la
lecture. Je fus un peu désappointé, je dois le dire, de voir M. Sethe
mêlé à cette affaire, car la réputation de M. Erman est très grande et
quoique M. Sethe suive de son mieux les traces du maître, ce ne sera
pas lui faire injure que d'écrire ici que l'Age ne lui a pas encore permis
d'écrire les beaux ouvrages de M. Erman. Le manuscrit resta en che-
min, car il m'avait été adressé à Paris où on l'avait retenu, mais je me
hâtai de donner l'autorisation demandée, estimant encore ici que si la
chose devant être publiée était exacte, peu importait au fond (pie ce fût
M. Erman ou M. Sethe qui la publiât, que l'effet ne manquerait pas de
m être favorable. Dès que j'eus lu en manuscrit l'article de M. Sethe, je
fus bien certain que je m'étais arrêté à la bonne décision : j'avais bien
eu l'idée qu'il pouvait s'agir du roi Mcrbapen, le sixième roi de la I" dy-
nastie, mais j'avais été arrêté par le caractère insolite du signe ba que
je ne me souvenais pas avoir vu fait de cette manière, et j'étais passé à
côté d'une lecture qui m'aurait évité bien des ennuis et des désagré-
ments si j'avais pu indiquer que j'avais rencontré le nom de l'un des
rois de la P° dynastie. M. Sethe publia donc son article dans la Zeil-
sckrift far Acgypliscke Sprache et en donna la primeur au Congrès des
Orientalistes tenu au mois de septembre 18(J7 à Paris. Ces circonstances
indiquées, je passe à l'examen des articles publiés sur les documents
de cette première année.

Il ne me semble pas possible de révoquer en doute la lecture de
M. Sethe, et c est bien du roi Merbapen qu'il s agit : ce roi, comme le
loading ...