Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 288
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0328
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
-°8 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

lègues, M. Borchardt; je ne le crois pas non plus, mais il faudrait être
mieux renseigné sur l'histoire à cette éqoque lointaine que nous ne pou-
vons encore l'être pour pouvoir s'exprimer avec assurance. Ce qu'il y
a de certain, c'est que sans doute l'inscription était répétée la même
identiquement sur un autre fragment qui suit le précédent dans la même

planche, quoique le nom enfermé dans la maison | J soit coupé par la
moitié. Ce nom complet dans le premier fragment n'a pas encore été lu,
quoiqu'il ait été déjà publié par M. Jéquier dans le second volume des
Recherches sur les origines de UÈgypte '.

Il va me suffire d'ailleurs des trois premiers noms, même il me suffira
du premier nom dout la lecture est indubitable pour étayer mon raison-
nement sur ce point. Il va sans dire cependant que, si je pouvais arguer
de la lecture indubitable des noms portés par les pharaons qui occupent
les cinquième, sixième et septième rangs dans la Irc dynastie, cela
ne m'en serait que plus profitable. Ce que M. Sethe a lu lui a suffi pom-
me donner le plus puissant coup d'épaule que j'aie encore reçu jusqu'ici ;
mais il ne pouvait pas connaître les détails de la découverte, car ces dé-
tails je ne les ai donnés à personne et je me les suis réservés. Or ces
détails les voici : ces noms ont été trouvés sur des fragments de vases
en pierre, non pas dans les tombeaux des pharaons de la Ir0 dynastie,
mais dans les tombes des quatre pharaons que je crois toujours appar-
tenir aux dynasties ayant précédé la Ire, car il ne s'agit pas d'user
d'hypercritique et il faut bien croire que Ménès a trouvé avant lui des
hommes à gouverner, sans quoi on n'eût eu aucun besoin de sa personne
pour remplir une sinécure. Les noms de ces quatre pharaons sont écrits
sur les stèles et sur l'énorme mortier de granit trouvé dans le tombeau
de Den : j'ai appelé le premier le roi Serpent, j'appelle le second le roi
Qâ, le troisième n'a pas encore pu être lu et le quatrième est le roi Den
dont il vient d'être question. Comme j'ai trouvé les noms de ces pha-
raons gravés sur des monuments authentiques, dont personne ne soup-

(1) CC de Morgan, op. cit., p. 241.
loading ...