Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 294
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0334
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
294 NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

I» p, qui n'est pas très lisible sur le facsimile publié par M. de Mor-
gan et qui est d'une lecture encore difficile sur la plaque d'ivoire, doit-il
bien se lire i"1"""* ? C'est ce qu'on serait tenté de mettre en doute. Je sais
fort bien que l'échiquier se fit d'abord autrement que le signe r"1^ qui a
été régularisé; mais est-ce bien un échiquier (pie l'on a voulu repré-
senter? Ce qu'il y a de certain, c'est que la plaquette d'ivoire est funé-
raire, qu'elle représente sans doute les funérailles avec l'adduction du
corps dans la barque et des offrandes dans la tombe, laquelle serait re-
présentée par l'hiéroglyphe qui représente d'ordinaire une salle dont le
toit est soutenu par des piliers de bois et qui se serait appelée ici la salle
stable du Vautour de la Haute Eygple, de l'Urœus de la Basse Ëgyple,
s'il s'agit bien du signe men. La solution de ce problème archéologique
serait sans doute plus facile si toule la partie inférieure droite n'avait
pas été détruite. Cependant une chose est bien certaine, c'est que le
nom de double du roi prêt à entrer dans cette salle est écrit à côté et ce
nom est Aha, le combattant^?), nom que j'ai retrouvé dans les tombes
d'Om el-Ca'ab pendant la première année des fouilles, ainsi (pie le lec-
teur pourra s'en convaincre en se reportant à la planche XXXI11 du
présent volume, au n° 2 de la rangée inférieure, et que j'ai retrouvé
encore plusieurs fois au cours de la troisième campagne de fouilles1.
Par conséquent, il n'est donc pas aussi certain (pie l'a cru tout d'abord
M. liorchardt, que le nom de Ménès se trouve sur la plaquette d'ivoire
provenant de Neggadeh: il est tout aussi probable qu'il s'agit d'un autre
personnage encore inconnu.

Ces réserves faites, j'admets pour le moment que l'identification pro-
posée par M. Borchardt soit reconnue répondant à la réalité, acceptée
par tous les savants et que le tombeau de Neggadeh soil réellement le
tombeau du pharaon qui est regardé comme le fondateur de la monar-
chie égyptienne, et alors je reprends mon raisonnement comme plus
haut : il est constant (pie j'ai rencontré moi-même dans la nécropole

(1) J ai été mis sur la voie de cette explication par une conversation que j'ai eue avec
M. E. Naville à 1 hôtel de Louqsor le 19 février 18'J8. Le l'oud doit être rapporté à son
honneur et ce sont seulement les détails qui viennent de moi.
loading ...