Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 1): 1895 - 1896 — Paris, 1899

Seite: 296
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1899bd1/0336
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
-ytJ NOUVELLES FOUILLES D'ABTDOS

d'une nouvelle race ayant conquis l'Egypte après la IVe dynastie et s'y
étant perpétuée jusque vers la XVIIIe '. M. W. Max Millier dans une note
mise à la fin du compte rendu des dernières fouilles faites par M. Blin-
dera Pétrie à Denderah pendant l'hiver dernier, dit que M. Pétrie « a
saisi cette circonstance pour constater qu'il a abandonné sa théorie
d'une nouvelle race, — ce nom avait été d'ailleurs choisi provisoirement
— et en ces extraordinaires trouvailles il reconnaît les plus anciennes
traces de la civilisation égyptienne avant et pendant la Ir0 dynastie» » ?
Quand un homme qui a été le premier à découvrir ces plus anciennes
traces, mais qui s'est trompé sur leur âge, effrayé par la redoutable
antiquité dont elles témoignaient, se rallie lui-même à une théorie qui
n'a eu un moment qu'un seul défenseur, à savoir celui qui avait osé la
mettre au grand jour, je ne saurais rien désirer de plus et j'estime qu'un
grand nombre d'autres adhésions suivront.

Il me reste encore à examiner la publication que M. Spiegelberg a
faite, dans le môme numéro de la Zei/schrifl3 dans lequel a paru le petit
mémoire de M. Sethe. de la plaquette d'ivoire provenant du tombeau de
Den. M. Spiegelberg qui a très bien décrit cette plaquette ne se pro-
nonce pas sur l'âge de ce petit monument : il voit très bien que celte
date est très ancienne, mais l'examen des monuments connus qui res-
semblent à cette plaquette ne Lui indique aucune date à laquelle il puisse
l'attribuer avec certitude. Il ne pourrait pas en placer l'exécution plus
bas que la IVe dynastie et il est très porté à l'attribuer à la IIIe dynastie,
ainsi qu'il me l'écrivait. Évidemment il est tourmenté par l'idée que le
bas-reliel de Snéfrou est de la même époque. Mais outre que je crois
que l'on ne peut pas uniquement se baser sur des comparaisons de
monument à monument pour savoir l'âge de celui qui n'est pas daté, a
moins que la ressemblance ne soit par trop frappante et ne décèle une
même origine, en l'espèce j'estime que le bas-relief de Snéfrou triom-
phant des Bédouins du Sinai au Ouady-Maghara, ne ressemble pas le

(1) Pétrie, Naqadah and ftallas, p. GO et seqq.

(2) Ct. Orientalische Litteratur-Zeitung, 15 juin 18<l8, p. 18".

(3) Voir l'article de M. Spiegelberg daus la Zeitschrifl fur Aegyptische sprache, t. XXXV.
loading ...