Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 10
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0027
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
10 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

bien longtemps et que je l'aie communiquée à beaucoup d'autres : je
me suis seulement contenté de dire qu'il se pourrait bien faire que
j'eusse trouvé le tombeau d'Osiris, comme j'avais eu la même idée
l'année précédente pour le tombeau de la grande colline d'Om el-Ga'ab ;
mais j'ai hâte de le dire, le tombeau d'Osiris est encore à découvrir
en Abydos et mes confrères peuvent garder l'espérance de le découvrir
un jour.

La tranchée faite dans la muraille occidentale de déblais marque la
terminaison des travaux préliminaires des fouilles. Je pouvais dès lors
faire commencer la recherche du tombeau lui-même. Mais avant je vou-
lus savoir si cet endroit avait un nom particulier et s'il était connu des
indigènes sous un nom spécial : je le demandai à mes ouvriers et à mes
reis. Tous me répondirent que cet endroit n'avait pas de nom distinct
et qu'il était compris dans la désignation locale d'Om el-Ga'ab, ^4~\ fl ;
un seul me dit savoir le nom particulier de cet endroit qu'il me dési-
gnait sous le nom d'El-Khôr, A cela, les gens instruits delà lo-
calité me dirent que par El-Khôr on entendait dans le pays le chemin
ou les chemins qui menaient à toutes les parties de la nécropole. Je
n'ai rien à dire contre ; il se peut que le langage des gens de Harabat
el-Madfouneh (Abydos) désigne ainsi les chemins de la nécropole, et
je dois dire qu'il sont nombreux, mais je dois dire aussi que la signi-
fication vraie du mot arabe jJ-\ est : plaine entre deux collines, et que
cette signification s'applique assez bien à la dépression entre les deux
murailles de décombres, tandis que je ne vois pas très bien comment
on désignerait par le nom d'Om el-Ga'ab, c'est-à-dire mère aux petits
pots, un endroit où il n'y avait pas un seul petit pot, sinon à l'extré-
mité sud, à savoir un lieu qui n'appartenait pas à la dépression même
et lui était simplement adjacent. Cependant je dois dire que le mot
El-Khôr peut s'appliquer à la plaine qui s'étend entre les deux avancées
de la montagne occidentale, car en venant du sud elle s'écarte brus-
quement à angle droit jusqu'à l'endroit où commence le passage qui
est le chemin vers l'oasis d'El Khargeh; alors elle reprend sa direction
primitive vers le nord jusqu'au moment où elle forme un second
loading ...